L'homme qui a giflé Emmanuel Macron sera jugé jeudi après-midi en comparution immédiate, annonce le procureur de Valence

En garde à vue, l'homme qui a giflé le chef de l'Etat a expliqué avoir agi "sans réfléchir" pour "exprimer son mécontentement", a précisé le parquet dans un communiqué.

Emmanuel Macron, quelques secondes avant qu\'un homme le gifle, lors d\'un déplacement à Tain-l\'Hermitage (Drôme), le 8 juin 2021.
Emmanuel Macron, quelques secondes avant qu'un homme le gifle, lors d'un déplacement à Tain-l'Hermitage (Drôme), le 8 juin 2021. (FRANCE 2)
Ce qu'il faut savoir

L'homme qui a giflé Emmanuel Macron mardi lors d'un déplacement du chef de l'Etat à Tain-l'Hermitage (Drôme) sera jugé jeudi 10 juin dans l'après-midi en comparution immédiate, a annoncé le procureur de la République de Valence, Alex Perrin, mercredi dans un communiqué. Alors que sa garde à vue a été prolongée, Damien Tarel a expliqué avoir agi "sans réfléchir" pour "exprimer son mécontentement", précise le parquet.

"A l'heure actuelle, il semblerait que la préméditation ne puisse être retenue dans l'accomplissement de ce geste violent", développe le procureur de la République de Valence. L'autre individu toujours en garde à vue, Arthur C., sera convoqué ultérieurement pour des "armes détenues illégalement". Ce direct est terminé.

 Pas de faille dans le dispositif de sécuritéLe porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a tenu, mercredi, à la sortie du Conseil des ministres, à condamner ce geste tout en assurant qu'"il n'y avait pas eu d'alerte particulière" concernant le bain de foule, contrairement à ce qui avait été rapporté plus tôt par BFMTV. "Le président a rappelé qu'il faut regarder cet acte pour ce qu'il est, c'est-à-dire un fait isolé d'un individu violent", a ajouté Gabriel Attal.

Deux hommes interpellés. Selon nos informations, les deux hommes interpellés, Damien Tarel. et Arthur C., n'ont pas d'antécédent judiciaire. D'après ses recherches et activités sur internet, Damien T., soupçonné d'avoir giflé le président, démontre un intérêt pour des personnalités de la fachosphère. Voici ce que l'on sait de luiUne plainte va être déposée par le préfet de la Drôme.

Nombreuses réactions politiques. Le geste a suscité une condamnation unanime de la classe politique. La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a ainsi qualifié sur franceinfo mercredi le geste de "choquant et inacceptable". Seul l'éditorialiste Eric Zemmour a assuré sur CNews, mardi soir, qu'Emmanuel Macron "a ce qu'il mérite", estimant que le président avait "provoqué" l'agression en "désacralisant la fonction" présidentielle.

 Pas de changement de programme. L'entourage d'Emmanuel Macron l'a décrit mardi comme "parfaitement détendu" et "entièrement consacré à son déplacement". Le chef de l'Etat a promis de continuer à "aller au contact" et a dénoncé des faits "isolés" commis par des "individus ultraviolents".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #DROME

21h12 : Invité de France 2 à la suite de l'agression d'Emmanuel Macron, le président du Sénat, Gérard Larcher, a affirmé que 1 300 élus locaux avaient été agressés physiquement en 2020. Un chiffre mal interprété, comme l'explique notre article.

20h27 : En garde à vue, il a expliqué avoir agi "sans réfléchir" pour "exprimer son mécontentement", a précisé le parquet dans un communiqué.

20h26 : L'homme qui a giflé Emmanuel Macron sera jugé demain après-midi en comparution immédiate, annonce le procureur de Valence.

20h08 : Il est l'heure de faire le point sur l'actualité :

Au total, 5 557 nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés ces dernières 24 heures en France, selon les dernières données publiées par Santé publique France. Plus 29 millions de personnes ont reçu au moins une première injection de vaccin. Suivez notre direct.

Rafael Nadal s'est qualifié pour sa quatorzième demi-finale aux Internationaux de France face à l'Argentin Diego Schwartzman (10e), battu 6-3, 4-6, 6-4, 6-0. Les rencontres du tournoi sont à suivre sur franceinfo sport et france.tv.

• Deux hommes âgés de 28 ans et inconnus des services judiciaires sont toujours placés en garde à vue après la gifle reçue hier par le chef de l'Etat à Tain-L'Hermitage.

Qui va remporter la bataille des élections régionales ? A moins de deux semaines du premier tour des élections, voici les principales tendances dans l'ensemble des régions françaises.

20h08 : Le suspect "soutient avoir agi d'instinct et sans réfléchir pour exprimer son mécontentement". Il sera jugé demain pour "violence sans incapacité sur personne dépositaire de l'autorité publique".

19h58 : L'homme soupçonné d'avoir giflé Emmanuel Macron est toujours en garde à vue. Il "reconnaît avoir porté un coup au chef de l'État et avoir prononcé des paroles dénonçant la politique", rapporte un communiqué de presse du procureur de la République de Valence.

19h09 : L'agression d'Emmanuel Macron lors d'un bain de foule met en lumière la façon dont la sécurité est gérée en France et les différences culturelles en la matière avec d'autres pays. "Aux Etats-Unis, le président est l'otage de ses officiers de sécurité. En France, ça se négocie", résume ainsi René-Georges Querry, l'ancien chef de l'unité de coordination de la lutte antiterroriste. Explications.

Le président français Emmanuel Macron lors d'une visite dans le quartier de La Mosson à Montpellier (Hérault), le 19 avril 2021 (GUILLAUME HORCAJUELO / AFP)


(GUILLAUME HORCAJUELO / AFP)

18h02 : Il est 18 heures. Voici les principaux titres de l'actualité :

Deux hommes âgés de 28 ans et inconnus des services judiciaires sont toujours placés en garde à vue après la gifle reçue hier par le chef de l'Etat à Tain-L'Hermitage.

• Les Français renouent aujourd'hui avec des loisirs dont ils étaient privés depuis des mois, à la faveur de nouveaux assouplissements des règles sanitaires. Voici ce qui change à partir d'aujourd'hui.

Une enquête a été ouverte pour provocation publique au meurtre après la diffusion d'une vidéo du youtubeur d'extrême droite Papacito dans laquelle l'exécution d'un électeur de La France insoumise est simulée.

• Après Renault, le groupe Volkswagen a annoncé à son tour avoir été mis en examen en France dans l'enquête sur la fraude aux contrôles antipollution des anciennes générations de moteurs diesel.


Qui va remporter la bataille des régions ? A moins de deux semaines du premier tour des élections, voici les principales tendances dans l'ensemble des régions françaises.

15h03 : Il est 15 heures. Voici les principaux titres de l'actualité :

Deux hommes âgés de 28 ans et inconnus des services judiciaires sont toujours placés en garde à vue après la gifle reçue hier par le chef de l'Etat à Tain.

• Les Français renouent aujourd'hui avec des loisirs dont ils étaient privés depuis des mois, à la faveur de nouveaux assouplissements des règles sanitaires. Voici ce qui change à partir d'aujourd'hui.

Une enquête a été ouverte pour provocation publique au meurtre après la diffusion d'une vidéo du youtubeur d'extrême droite Papacito dans laquelle l'exécution d'un électeur de La France insoumise est simulée.

• Après Renault, le groupe Volkswagen a annoncé à son tour avoir été mis en examen en France dans l'enquête sur la fraude aux contrôles antipollution des anciennes générations de moteurs diesel.


Qui va remporter la bataille des régions ? A 10 jours du premier tour des élections, voici les principales tendances dans l'ensemble des régions françaises.

13h52 : La gifle reçue par Emmanuel Macron n'est pas un acte inédit. Certains de ses prédécesseurs à l'Elysée ou homologues à l'étranger ont également connu de tels incidents. Retour en images, de Nicolas Sarkozy à Lionel Jospin, en passant par Jacques Chirac.

13h10 : Lors du Conseil des ministres, ce matin, Emmanuel Macron est revenu sur l'agression dont il a été victime. "Il a redit qu'aucune violence ne saura[it] être banalisée dans notre pays, qu'elle soit langagière ou en actes", selon Gabriel Attal. Le porte-parole du gouvernement a salué "l'union républicaine exprimée hier par l'ensemble des formations politiques pour dénoncer cet acte".

12h06 : Midi, voici le moment de faire le point sur l'actualité !

Deux hommes âgés de 28 ans et inconnus des services judiciaires sont toujours placés en garde à vue après la gifle reçue hier par le chef de l'Etat à Tain. Le test d'alcoolémie effectué sur l'homme suspecté d'avoir levé la main sur Emmanuel Macron s'est révélé positif, a appris franceinfo de source proche du dossier.

• Salles de gym ou d'escalade prises d'assaut, réouverture des bars et restaurants sans terrasse : un nouveau pan de vie sociale a repris pour les Français après sept mois de privations dues à l'épidémie de Covid-19. Nous vous résumons ce qui change dans cette nouvelle étape du déconfinement.

• Volkswagen a annoncé à son tour avoir été mise en examen en France dans l'enquête sur la fraude aux contrôles antipollution des anciennes générations de moteurs diesel.


Qui va remporter la bataille des régions ? A 10 jours du premier tour des élections, 13 sondages Ipsos pour France Télévisions et Radio France donnent les principales tendances dans l'ensemble des régions françaises. Nous vous les récapitulons dans cet article.

11h44 : Le test d'alcoolémie effectué sur l'homme arrêté après avoir giflé Emmanuel Macron s'est révélé positif, a appris franceinfo de source proche du dossier.

09h47 : "Nous continuons, et nous continuerons plus que jamais, à aller à la rencontre des Français. Je suis un acteur engagé, (...) je ne me suis jamais dérobé dans l'exercice de mes attributions, ce n'est pas aujourd'hui que ça va commencer."

Le Premier ministre Jean Castex, "engagé dans la campagne" des élections régionales, assure ce matin qu'il "ne se dérobera pas" et "continuera" à rencontrer les Français, au lendemain de la gifle infligée par un homme à Emmanuel Macron dans la Drôme.

09h33 : Deux hommes âgés de 28 ans et inconnus des services judiciaires sont toujours placés en garde à vue ce matin pour "violences sans incapacité sur personne dépositaire de l'autorité publique". L'un d'eux est soupçonné d'être l'auteur de la gifle qui a visé le président de la République lors de son déplacement à Tain-l'Hermitage, dans la Drôme. Nous résumons ce que l'on sait à leur sujet dans un article.

09h08 : Voici le point sur l'actualité :

Reprendre le sport en salle ou la natation en piscine couverte, déguster son café à l'intérieur en cas de pluie ou aller au bowling... tout ceci redevient possible ce matin, après sept mois de privations dues à l'épidémie de Covid-19. Nous vous résumons ce qui change dans cette nouvelle étape du déconfinement.

Emmanuel Macron a été giflé hier par un homme poussant le cri de guerre royaliste "Montjoie ! Saint Denis !" lors d'un déplacement à Tain-l'Hermitage (Drôme). Voici ce que l'on sait du suspect interpellé.

• Près de cinq mois après son arrivée au pouvoir, le président américain Joe Biden s'envole aujourd'hui pour le Royaume-Uni, première étape d'une tournée européenne riche en sommets qui s'achèvera par un face-à-face avec Vladimir Poutine.

• L'équipe de France a terminé hier sa préparation à l'Euro avec une victoire contre la Bulgarie (3-0). Sorti sur blessure, Karim Benzema a été avantageusement remplacé par Olivier Giroud, auteur d'un doublé.

08h43 : "C'est clairement choquant et inacceptable, aucun désaccord politique ne peut justifier qu'on s'en prenne physiquement à quelqu'un". Invitée de franceinfo, la ministre du Travail Elisabeth Borne a réagi à la gifle reçue hier par Emmanuel Macron lors d'un déplacement dans la Drôme.