Élections législatives : quelle stratégie pour Emmanuel Macron ?

Publié Mis à jour
Élections législatives : quelle stratégie pour Emmanuel Macron ?
FRANCE 2
Article rédigé par
A.Bourse, T.Curtet, A.Goudy, A.Pacary, V.Astruc, P.Miette - France 2
France Télévisions

Emmanuel Macron est retourné sur le terrain samedi 4 juin. Alors que les élections législatives approchent, le chef de l’État adopte une stratégie qu’il a en partie détaillée dans un entretien à la presse régionale.

À l’approche des élections législatives, Emmanuel Macron est de retour sur le terrain samedi 4 juin. Resté discret depuis sa réélection à la tête du pays, le chef de l’État est rentré dans l’arène le plus tard possible comme lors de l’élection présidentielle. Dans un entretien accordé à la presse régionale, il se dévoile un peu sans donner de pistes sur le fond. Il offre également quelques précisions sur une nouvelle méthode. "Si on détaille les mesures sur le pouvoir d’achat avant les législatives, les Français penseront que c’est acquis. Il vaut mieux être flou pour leur donner envie d’aller aux urnes", confie un dirigeant de la majorité. Un conseiller ministériel explique que "c’est une stratégie assumée, le président joue la sécurité". 

"La peur de Mélenchon Premier ministre va mobiliser nos électeurs"

Être prudent, temporiser : une stratégie très claire qui s’est illustrée mardi 31 mai face à des urgentistes. Il évoquait une "mission d’urgence [...], cette mission flash pour pouvoir dès cet été apporter des réponses très fortes pour consolider [les] urgences dans cette période". Durant ce temps, ces adversaires ont occupé le terrain. Jean-Luc Mélenchon a réussi à unir la gauche. Un ministre juge de son côté que "la peur de Mélenchon Premier ministre va mobiliser [leurs] électeurs" alors qu’un autre appelle à la prudence car "la gauche se mobilise". À une semaine du scrutin, Emmanuel Macron ne veut pas donner de prises à ses opposants, mais les polémiques peuvent surgir à tout moment, comme les incidents au Stade de France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.