France 2030 : Emmanuel Macron annonce un investissement de 30 milliards d'euros dans l'industrie

Le président de la République détaille un plan d'investissement massif. Nommé France 2030, il a pour but d’éviter le déclassement économique du pays. 

Emmanuel Macron lors du sommet \"France-Afrique\", le 8 octobre 2021, à Montpellier (Hérault). 
Emmanuel Macron lors du sommet "France-Afrique", le 8 octobre 2021, à Montpellier (Hérault).  (LUDOVIC MARIN / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Projeter l'économie française vers des secteurs d'avenir. Pour cela, l'exécutif est prêt à investir près de 30 milliards d'euros dans divers domaines tels que le numérique, l'industrie verte, la biotechnologie, l'espace ou la santé. Un plan d'investissement qu'Emmanuel Macron dévoile depuis l'Elysée, mardi 12 octobre.

Devant un parterre d'étudiants et de chefs d'entreprise, il a notamment appelé à réindustrialiser la France pour "redevenir une grande nation d'innovation". Il a annoncé des "investissements massifs" afin d'engager la décarbonation de l'industrie française, appuyée sur le nucléaire, l'hydrogène vert et les énergies renouvelables. 

Un milliard investi dans le nucléaire. "Nous devons faire émerger en France d’ici 2030 des réacteurs nucléaires de petite taille, innovants et avec une meilleure gestion des déchets, a précisé le président de la République. Nous sommes prêts à y investir un milliard d'euros d'ici 2030 en commençant très vite avec des premiers projets très clairs."

Faire de la France "le leader de l'hydrogène vert". "Nous pouvons encore devenir leader dans ce domaine grâce à nos atouts, notamment grâce au nucléaire qui nous permet de consommer l'électricité suffisante pour faire de l'électrolyse", a déclaré Emmanuel Macron. 

  "Produire en France près de 2 millions de véhicules électriques et hybrides"Rappelant que "les 30 dernières années ont été cruelles pour l'industrie automobile française", le chef de l'Etat a jugé cet objectif "atteignable" s'"il y a une vraie stratégie coopérative, en particulier de nos grands constructeurs".

 Des innovations "de rupture" pour l'agriculture. Sur les 30 milliards du plan France 2030, Emmanuel Macron a annoncé 2 milliards d'euros d'investissements dans des innovations de "rupture" dans l'agriculture. La France doit entrer dans une "nouvelle révolution de l'alimentation saine, durable et traçable" à cet horizon et pour cela "investir dans trois révolutions (...) : le numérique, la robotique, la génétique", a-t-il décrit, promettant de "décarboner la production" agricole, "sortir de certains pesticides", "améliorer la productivité" et développer "des productions plus résilientes et plus solides dans les bio-solutions".

Enrayer le déclin français. Alors que le déploiement du plan de relance doté de 100 milliards d’euros n’est pas terminé, le président de la République souhaite dessiner le paysage économique français, fortement touché par la crise sanitaire. Emmanuel Macron veut "réconcilier cette France des start-up et cette France de l'industrie". L'objectif est de "retrouver le chemin de l'indépendance française et européenne", selon l'Elysée, au moment où la crise montre la forte dépendance de l'industrie à l'égard de l'Asie pour de nombreux produits et composants essentiels.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #FRANCE_2030

14h13 : Pour bien démarrer votre après-midi, voici un point sur l'actualité à 14 heures :

Hydrogène vert, "petits" réacteurs nucléaires, "révolution" de l'agriculture... Emmanuel Macron a présenté son plan d'investissement de 30 milliards d'euros sur cinq ans. Voici ce qu'il faut retenir du plan France 2030 du chef de l'Etat.

• Le procureur de la République de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) doit tenir une conférence de presse à 16 heures après l'accident ferroviaire qui fait trois morts à l'aube, près de la gare de Saint-Jean-de-Luz.

C'est un procès rarissime pour un ministre en fonction : Alain Griset comparaît devant le tribunal correctionnel de Paris cet après-midi pour "omission substantielle dans la déclaration de son patrimoine et de ses intérêts". Les faits remontent au moment de son entrée au gouvernement en juillet 2020 comme ministre en charge des petites et des moyennes entreprises.


A six mois de la présidentielle, la course à l'Elysée compte 40 candidats, d'après notre décompte. Consultez la liste des prétendants, que nous mettons à jour au fil des déclarations, des résultats des primaires, de l'obtention des parrainages ou du premier tour...

14h31 : "Il y a cette idée de réparer, il y a aussi cette idée d'une plus grande indépendance". Le décryptage sur franceinfo de l'économiste Mathieu Plane, directeur adjoint du département Analyse et prévision de l’Observatoire français des conjonctures économiques. Il réagit au plan de relance de 30 milliards d'euros, France 2030, présenté par Emmanuel Macron ce matin.

13h24 : Je vous l'avais promis, et une promesse est une promesse : voici l'article qui vous résume toutes les annonces d'Emmanuel Macron dans le cadre du plan d'investissement massif nommé "France 2030".

Emmanuel Macron présente le plan d'investissement France 2030, le 12 octobre 2021, à l'Elysée. (LUDOVIC MARIN / AFP)(LUDOVIC MARIN / AFP)

12h52 : Il y a eu les presque deux heures de discours (que vous avez suivi avec nous), il y a maintenant le clip vidéo pour évoquer la France de demain. Et c'est le président lui-même qui la diffuse. Vous aurez noté la légende : "le rêve est possible".

13h22 : Les premières réactions après la présentation du plan "France 2030" par le chef de l'Etat. Matthieu Orphelin dénonce sur franceinfo un modèle "passéiste, un peu années 70". "A certains moments du discours, j'avais l'impression d'entendre un discours de Valéry Giscard d'Estaing", a déclaré le député écologiste du Maine-et-Loire.

12h16 : 30 milliards d'euros sur cinq ans pour développer la compétitivité industrielle et les technologies d'avenir en France : si vous n'avez pas suivi le discours du chef de l'Etat, sachez qu'on vous prépare un article hyper complet. En attendant, le replay est ici.

12h32 : "Nous ne devons céder ni à un court-termisme qui fait perdre tout sens à l'action publique, ni à une vision de long terme qui nourrirait une forme de défaitisme. Je crois en la France, qui est une grande nation qui a toujours été au rendez-vous de son histoire."

C'est avec ces mots pleins d'optimisme qu'Emmanuel Macron conclut la présentation de son plan. Son discours aura duré 1h40.

12h00 : Voici le point sur l'actualité à la mi-journée :

Emmanuel Macron égrène actuellement à l'Elysée un plan d'investissement de 30 milliards d'euros sur cinq ans visant à développer la compétitivité industrielle et les technologies d'avenir en France. Suivez son discours en direct.

• Trois personnes, "possiblement des migrants", sont mortes percutées par un train à l'aube près de la gare de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques), a indiqué le parquet de Bayonne.

Le président de la Conférence des évêques de France (CEF) va devoir "s'expliquer" sur ses propos controversés au sujet du secret de la confession. Il est reçu au ministère de l'Intérieur en début après-midi par Gérald Darmanin.

• Xavier Bertrand a mis fin au suspense en assurant qu'il participerait au congrès de LR qui désignera le candidat de la droite à la présidentielle, au nom d'un "rassemblement" qui écarte l'hypothèse potentiellement mortifère d'une double candidature.

12h03 : Le président de la République annonce également un soutien aux producteurs de logiciels, d'intelligence artificielle, ou d'entreprises spécialisées dans l'informatique en réseau basées en France (ce qu'on appelle le cloud souverain).

11h50 : "Nous devons également sécuriser notre approvisionnement en composants", ajoute Emmanuel Macron, faisant référence à la pénurie de semi-conducteurs qui grippe de nombreuses industries. "Nous devons avoir une stratégie européenne, mais également assumer d'avoir une stratégie nationale. Nous devons produire davantage", martèle le président de la République, annonçant un investissement de 6 milliards d'euros.

11h48 : "Nous n'atteindrons pas tous ces objectifs si nous ne sécurisons pas l'accès à nos matériaux. Nous sommes en retard dans cette stratégie : les Chinois ont mieux intégré le principe de rareté de ces matériaux. Nous devons être en mesure de garantir l'approvisionnement en plastique et métaux, tout en améliorant l'économie circulaire pour réduire notre dépendance."

11h41 : "Nous ne pouvons pas penser la France de 2030 sans prendre part à la nouvelle aventure spatiale ou investir le champ des fonds marins."

11h39 : Sans donner de chiffres d'investissements particuliers, Emmanuel Macron appelle les professionnels de la Culture à "bâtir l'imaginaire français de demain". "Tous les grands pays qui veulent être compétitifs dans ce domaine construisent de grands studios : nous devons être de la partie", appuie le chef de l'Etat, évoquant la concurrence des productions étrangères de Netflix ou d'Amazon.

11h33 : "Nous devons avoir l'objectif d'avoir au moins 20 biomédicaments contre les cancers, les maladies chroniques dont celles liées à l’âge et de créer les dispositifs médicaux de demain d'ici 2030."

11h32 : "Mieux vivre, c'est aussi mieux se soigner (...) Nous avons les capacités humaines, de recherche et de pratique. A travers le plan Santé-innovation 2030, nous avons l'objectif de reprendre la tête sur une médecine plus prédictive."

11h28 : Emmanuel Macron appelle également à "investir dans une alimentation saine, durable et traçable". Il annonce dans ce cadre des investissements dans "la robotique agricole, la donnée et la diversité génétique pour des productions plus résilientes et solides".

11h29 : "Cinquième objectif : produire en France à l’horizon 2030 le premier avion bas carbone. Je pense que c'est tout à fait faisable. Les meilleurs experts me disent : 'jamais avant 2035', mais ils me disaient il y a un an que nous n'aurions pas de vaccin. Je pense donc être presque trop pessimiste en pariant sur 2030 ! La France est un grand pays aéronautique, et nous allons investir massivement."

11h20 : "Nous devons produire en France, à l’horizon 2030, près de 2 millions de véhicules électriques et hybrides. Nous ne voulons pas, en tant que grande nation automobile, devenir la nation la plus verte avec des véhicules produits hors de chez nous !"

11h16 : "Troisième objectif : décarboner notre industrie. Dans notre stratégie pour 2030, nous nous sommes engagés à baisser de 35% nos émissions dans ce secteur par rapport à 2015. C'est une révolution productive. Nous sommes en 2021, et nous en sommes à 4%. Nous devons donc investir."

11h14 : "Deuxième objectif : devenir le leader de l'hydrogène vert en 2030. Nous pouvons encore devenir leader dans ce domaine grâce à nos atouts, notamment grâce au nucléaire qui nous permet de consommer l'électricité suffisante pour faire de l'électrolyse."

11h09 : "Nous devons faire émerger en France d’ici 2030 des réacteurs nucléaires de petite taille, innovants et avec une meilleure gestion des déchets."

11h06 : "La stratégie pour 2030 doit nous conduire à investir 30 milliards d'euros pour répondre au déficit français de croissance."

11h03 : "En gros, j'assume totalement que mon pays investisse dans la création de nouvelles filières et l'apprentissage pour moins dépenser dans l'assurance chômage et la réparation des destins. Et c'est ce changement qu'il nous faut faire maintenant."

11h01 : "Nous avons un besoin impérieux d'accélérer les investissements publics créateurs de croissance, d'emplois et d'indépendance industrielle. Nous avons un débat important sur la dépense publique, mais il ne faut pas que ce débat nous conduise à faire des erreurs profondes."

11h00 : "Ce qui va avec, c'est qu'il faut sortir des oppositions entre les différents secteurs de recherche, dont les cadres sont en train d'être repensés (...), et l'opposition entre les start-up et l'industrie, qui date du 20e siècle et qui est fausse. Il n'y a pas de France industrielle contre la France des start-up."

10h55 : "Ma première conviction, c'est que l'innovation technologique, l'innovation de rupture et l'industrialisation sont bien plus liées que ce qu'on le pensait jusqu'alors. On a longtemps pensé qu'on pouvait se désindustrialiser en continuant à être une grande nation d'innovation et de production : je crois qu'il est maintenant établi que c'est faux."

10h53 : "L’extraordinaire accélération du monde me conduit à penser que ce que nous avons fait jusque-là n'est pas suffisant. Si nous restons à ce niveau d'intensité, nous ne rattraperons pas notre retard ou nous nous laisserons distancer dans les 10 ans qui viennent. Je pense donc que la stratégie 2030 s'impose."

10h53 : "La France recrée depuis deux ans des emplois industriels, alors qu'elle en perdait depuis 2008. Nous avons atteint un niveau d'apprentis et d'alternants que nous n'avions jamais atteint, malgré la crise sanitaire."

10h48 : "Depuis un peu plus de 4 ans, nous avons commencé à avoir une stratégie pour répondre aux grandes transformations du monde. Elle commence à produire des résultats."

10h46 : "Si nous n'avions dépendu que de ce que la France produit – et je le dis à ceux tentés par le nationalisme – nous n'aurions pas encore de vaccin [contre le Covid-19], car la France ne produit toujours pas de vaccin à ARN messager."



10h41 : "Nous devons également tirer cette leçon de la crise : la dépendance choisie et relative est une chose, mais nous devons rebâtir les termes d'une indépendance productive française et européenne."

10h43 : "La pandémie nous a fait toucher du doigt notre vulnérabilité. Nous nous sommes rappelé que nous appartenions à l'ordre du vivant. (...) La première leçon que nous devons en tirer est que nous sommes profondément vulnérables face au vivant. La deuxième est notre dépendance à l'étranger : il y a 18 mois, nous étions tous soumis au manque de masques."

10h37 : "La transformation des usages liée au numérique provoque un changement profond de la manière de nous organiser en société."


10h33 : Emmanuel Macron présente son plan d'investissement visant à créer des champions français dans les industries d'avenir. Suivez son discours ici.

10h33 : Je vous en parlais ce matin, Emmanuel Macron détaille ce matin les secteurs prioritaires du plan "France 2030". L'objectif ? "Faire émerger les champions de demain", face aux concurrences chinoise et américaine et aux critiques sur le "déclin" de la France. Ministres et chefs d'entreprise arrivent actuellement à l'Elysée en attendant les annonces présidentielles.