REPLAY. "Je continuerai à faire ce pour quoi vous m'avez élu" : regardez les premiers vœux d'Emmanuel Macron aux Français

Le chef de l'Etat a choisi de maintenir cette tradition des vœux télévisés, en vigueur depuis Charles de Gaulle.

Voir la vidéo
Ce qu'il faut savoir

"Je continuerai à faire ce pour quoi vous m'avez élu" : voilà la promesse d'Emmanuel Macron aux Français, dimanche 31 décembre, à l'heure où l'année 2017 s'achève. Le président de la République a respecté la tradition, en vigueur depuis le général de Gaulle, en présentant les premiers vœux aux Français de son quinquennat, sur fond de net regain pour lui dans les sondages. Vous pouvez les revoir en intégralité sur franceinfo.fr.

>> VIDEO. Cheminée, sous-titres ou pupitre... Comment chaque président a imposé son style pour ses premiers vœux

Une forme classique. L'Elysée avait maintenu jusqu'au bout le suspense sur le cadre choisi par le président. Il s'est finalement exprimé depuis son bureau, le même où il avait donné sa dernière interview télévisuelle. Comme les années précédentes, l'image de la façade du palais présidentiel, sur fond de Marseillaise, a précédé son allocution.

Sur le fond, "des pensées de solidarité". Le président de la République a commencé par adresser ses vœux à ceux qui travaillent en ce soir de réveillon, mais aussi à ceux qui "sont seuls, souffrent, ou sont malades". "Je veux leur dire qu'ils appartiennent à une grande nation", a expliqué le président.

"Je n'arrêterai pas d'agir", promet Emmanuel Macron. Le chef de l'Etat a fait le bilan de ses premiers mois de mandat, vantant des "transformations profondes". "[Elles] ont commencé, et se poursuivront avec la même force pour l'année 2018, a-t-il prévenu. Nous construisons là une bonne part de notre avenir."

Le président à nouveau sur le terrain médiatique. Ces vœux sont une étape supplémentaire dans la nouvelle séquence de communication initiée par le chef de l'Etat. Après quelques jours de vacances dans les Pyrénées, Emmanuel Macron a organisé samedi, devant les caméras, une cérémonie de signature de trois lois. Il en a profité pour confirmer la suppression totale de la taxe d'habitation pour tous en 2020, dans le cadre d'une réforme.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MACRON

20h57 : Adrien Quatennens, le député de la France Insoumise a bondi quand il a entendu Emmanuel Macron dire qu'il comptait écouter et respecter ses opposants. "J'ai la certitude qu'on ne nous entend pas, estime-t-il sur franceinfo. On le voit bien au Parlement. Quoi que vous disiez, même quand vous vous placez du côté du bon sens, il y a une discipline de vote absolue à En Marche."

20h50 : Non, il faudra patienter jusqu'au 2 janvier, Médiamétrie faisant relâche demain.

20h49 : Sait-on déjà la part d’audience ?

20h49 : Et la palme du tweet le plus enthousiaste revient à Christophe Castaner, patron du parti LREM.

20h47 : "On a un très beau discours de fraternité et d'ouverture, mais quand j'entends que le gouvernement s'est engagé pour fournir un toit aux sans abri, alors que les chiffres du 115 disent le contraire, quand Christophe Castaner dit que ceux qui sont à la rue le veulent bien, je n'ai jamais entendu une aussi grande différence entre les discours et les actes", dénonce Sandra Regol, porte-parole d'EELV sur franceinfo.

20h44 : Olivier Faure, patron du groupe parlementaire socialiste, n'est lui non plus pas convaincu par le discours présidentiel.

20h41 : Et pendant ce temps, à droite de la droite, on goûte modérément la parole présidentielle.

20h40 : J'en profite pour vous souligner que si vous préférez la politique au champagne (encore que l'un n'empêche pas l'autre), nos amis de la radio et de la télé vous proposent de débriefer l'intervention du chef de l'Etat jusqu'à 22 heures. C'est à suivre ici (ou sur le canal 27 de la TNT et sur votre poste de radio, éventuellement).

20h32 : L'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui s'est rangé des voitures, a aussi apprécié l'intervention présidentielle.

20h30 : Comme attendu, les députés LREM chantent les louanges du président sur Twitter.

20h29 : Si vous avez raté les premiers vœux d'Emmanuel Macron à l'Elysée, les voici dans leur intégralité. Dix-sept minutes et cinquante-et-une seconde précisément.

(FRANCE TELEVISIONS)

20h25 : @anonyme Dans ce cas-là, le microcosme rassemble quand même 11 millions de gens, si l'on en croit les chiffres d'audience de François Hollande l'année dernière.

20h24 : Macron : Franchement qui regarde encore les vœux a part le monde médiatique et le microcosme ?

20h20 : Super le bla bla

20h20 : Merci pour les retraités.-40€/mois.Merci pour les hausses EDF, péages, gaz et.

20h19 : Macron: "Je, Je, Je, Je, Je, Je..."

20h19 : Lorsque j'écoute Emmanuel Macron je reconnais la France que nous aimons, la France des grandes valeurs la France de l'exigence cartésienne de rationalité et d'universalité : il faut y croire

20h19 : Pluiiiiie de réactions dans les commentaires !

20h19 : "Nous avons besoin de repenser un grand projet social pour notre pays", a déclaré Emmanuel Macron, qui parle d'une "exigence humaniste". Il a redit son "engagement" d'apporter un toit à tous.

20h18 : "C'est avec cet esprit de conquête, que nous avons en partage, cette ambition sincère que nous avons pour notre pays et chacun d'entre vous, et de faire vivre cette renaissance française que je vous présente mes voeux."

20h17 : "Le peuple français est un grand peuple qui parfois sous-estime ses ressorts intimes. Nous sommes capables de l'exceptionnel."

20h16 : "Demandez-vous chaque matin ce que vous pouvez faire à votre pays."


Ca ne vous rappelle pas la phrase de Kennedy ?

20h15 : "Je ne céderai rien sur le droit d'asile, nous continuerons à accueillir ses hommes et ses femmes car la France est leur patrie. Mais nous ne pouvons accueillir tout le monde, il faut fixer des règles." Emmanuel Macron défend le projet de recensement des migrants dans les centres de rétention, défendu par Gérard Collomb, et très critiqué à gauche. "Je m'attacherai à ce que notre pays reste sur cette ligne d'humanité."

20h14 : "Je veux que nous puissions apporter un toit à tous ceux qui sont sans-abri. Le gouvernement a beaucoup amélioré les choses, mais il y a encore des situations qui ne sont pas acceptables. (...) Comptez sur ma détermination entière en la matière."

20h13 : "Je veux miser sur la fraternité, ce qui nous tient ensemble. Je crois dans la réussite, dans les succès, mais que sont-ils s'ils ont les succès de quelques uns, s'ils nourrissent les rancoeurs et les égoïsmes ? Tant de nations sont en train de s'y fracasser."

20h12 : "Je veux miser sur le travail, qui est au coeur de notre société. (...) C'est par le travail que notre nation sera plus forte parce qu'elle produira plus, parce qu'elle s'enrichira."

20h11 : Emmanuel Macron a évoqué les défis qui attendent la France à l'international en 2018. "Nous gagnerons cette bataille contre le terrorisme", a-t-il déclaré. Voici la séquence :

20h10 : "Sur le plan national, l'année 2018 sera à mes yeux celle de la cohésion de la nation. Nous sommes trop souvent divisés. Les débats sont légitimes, les désaccords nécessaires, mais les divisions nous minent. Je veux plus de concorde pour la France en 2018. Je veux miser sur l'intelligence française. L'école doit être le creuset de cette cohésion."

20h09 : Le but est de "faire face aux Etats-Unis et à la Chine en portant des valeurs qui sont communes. (...) J'ai besoin qu'ensemble, nous ne cédions rien, ni aux nationalistes, ni aux sceptiques."

20h08 : Emmanuel Macron explique que des consultations citoyennes seront organisées en Europe pour que les projets politiques s'adaptent aux aspirations des citoyens.

20h08 : "Sur le plan européen, l'année 2018 sera décisive. Je me suis pleinement engagé dans cette bataille, car je crois profondément que l'Europe est bonne pour la France, que la France ne peut pas réussir sans une Europe forte."

20h07 : "Nous gagnerons cette bataille contre le terrorisme", poursuit le président, qui rend hommage aux policiers, gendarmes et militaires sur le terrain.

20h07 : Emmanuel Macron est revenu sur son élection et ses premiers mois à l'Elysée :

20h06 : Emmanuel Macron assure qu'il "écoutera toujours" ceux qui s'opposent à sa politique. "Mais pour autant, je n'arrêterai pas d'agir. Toujours, j'écouterai, j'expliquerai notre situation, et la réalité de celle-ci, et à la fin, je ferai, car c'est ce dont notre pays a besoin et c'est ce que vous attendez de moi."

20h05 : "Je continuerai à faire ce pour quoi vous m'avez élu, et ne pas adapter notre pays aux changements du monde, (...) mais en faire ce qu'il est, un pays fort, avec une économie forte."

20h04 : Emmanuel Macron se trouve accoudé son bureau de marbre, devant une fenêtre, avec une feuille de notes chiffonnée posée devant lui. Un décor inédit.

20h03 : Début d'intervention en forme de bilan de ce qui a été entrepris. "Ces transformations profondes ont commencé, et se poursuivront avec la même force pour l'année 2018. (...) Nous construisons là une bonne part de notre avenir."

20h02 : "2017 fut l'année du choix, par lequel vous m'avez attribué votre confiance, mais aussi votre impatience, vos attentes. Depuis mai dernier, je me suis attaché à simplement faire ce à quoi je m'étais engagé pendant la campagne présidentiel. Le premier ministre et son gouvernement sont à la tâche, avec un parlement profondément renouvelé."

20h01 : "Je sais aussi que plusieurs d'entre vous, ce soir, sont seuls, souffrent, ou sont malades, et je sais que dans ces moments de fête, cette solitude et cette souffrance sont plus durs à supporters. Je veux leur dire qu'ils appartiennent à une grande nation."

20h00 : "Alors que l'année s'achève, je suis heureux de vous retrouver pour vous présenter mes voeux pour l'année 2018."