REPLAY. Revivez l'entretien exclusif d'Emmanuel Macron dans le "20 heures" de France 2

Après sept mois de mandat, le chef de l'Etat répondait, dimanche soir, aux questions de Laurent Delahousse.

Voir la vidéo
FRANCE 2
Ce qu'il faut savoir

Emmanuel Macron a accordé un entretien exclusif à Laurent Delahousse, diffusé dans le "20 heures" de France 2, dimanche 17 décembre. Le chef de l'Etat est revenu sur ses sept premiers mois de mandat, ainsi que sur l'actualité française et internationale. Franceinfo vous propose de revivre l'interview télévisée du président de la République dans son intégralité.

>> Trump, réformes, Wauquiez... Retrouvez les 9 phrases à retenir de l'interview accordée à France 2

"D'ici fin février, nous aurons gagné la guerre en Syrie", a assuré Emmanuel Macron. "Bachar Al-Assad sera là (...) parce qu'il est protégé par ceux qui ont gagné la guerre sur le terrain, que ce soit l'Iran ou la Russie", a ajouté le chef de l'Etat.

Il faudra "deux ans" pour voir l'effet des réformes. "Les décisions que nous avons prises en début de quinquennat n'ont pas d'impact immédiat", a admis le chef de l'Etat. Selon Emmanuel Macron, "il faut attendre deux ans pour que la réforme du marché du travail ait ses pleins effets". Emmanuel Macron estime par ailleurs que sa réforme du Code du travail est "la réforme la plus importante, qui avait été évitée en France depuis vingt ans".

Une réflexion sur l'audiovisuel public "au début de l'année". Le président de la République a estimé que "notre audiovisuel public reste structuré sur le monde d'avant", alors que "les usages sont en train de changer". Il a dit vouloir "lancer une réflexion (...) pour reposer les bases de la mission [de l'audiovisuel public] au début de l'année prochaine".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MACRON

21h50 : Et je ne résiste pas à vous partager le montage photo "croisons-les" entre Emmanuel Macron et Laurent Delahousse :-)

21h38 : Les ténors de la droite y vont de leur commentaire après l'interview présidentielle.

21h36 : @Gabriel Il est disponible ici pour les retardataires.

21h36 : Bonsoir, à quelle heure pourras t’on acceder au replay de l’entretien de notre Président ?

21h23 : Quant à Florian Philippot (qui rappelons-le a quitté le FN), il s'interroge sur la marge de manœuvre du président.

21h22 : Nicolas Bay, un des dirigeants du FN, réagit à l'interview d'Emmanuel Macron, en l'accusant de se disperser au niveau mondial quand il faudrait s'occuper de la France.

21h11 : Vaut-il mieux un entretien en marche mais en différé plutôt qu'un entretien assis et en direct , Vous avez deux heures.

21h10 : Je ne suis pas pro Macron, loin de là, pour autant il faut reconnaitre que cette interview a été bien menée et très agréable à suivre. Un grand bravo à l’audiovisuel public qui, si besoin il y avait, prouve qu’il a su lui aussi suivre la révolution des médias. Beaucoup de révolutions ce soir !

21h10 : J'apprécie cette interview plus moderne👍👍👍

21h10 : Bravo pour cet entretien '' entre deux portes''. Moins guindé

21h09 : Vous êtes nombreux à commenter le format et le contenu de l'entretien accordé à France 2 par le président de la République.

20h55 : Il insiste sur la nécessité de se regrouper en famille à Noël... ce qu'il vient précisément de faire dans le gîte du château de Chambord.

20h55 : "S'il y a des erreurs qui ont été faites, je les corrigerai", poursuit Emmanuel Macron, revenant sur ses sept premiers mois au pouvoir.

20h53 : Cette interview avec #macron #delahousse me fait penser à l emission #philosphie qui passait sur #arte je crois avec #raphaelenthoven #jeparleendissertant

20h53 : Début décembre, une polémique avait éclaté quand L'Express affirmait que le chef de l'Etat avait qualifié l'audiovisuel public de "honte de la République". L'Elysée a démenti l'emploi de cette formulation explosive, mais, selon Télérama, le président aurait tout de même déclaré :"L’audiovisuel public, c’est une honte pour nos concitoyens, c’est une honte en termes de gouvernance, c’est une honte en ce que j’ai pu voir ces dernières semaines de l’attitude des dirigeants."

20h53 : Emmanuel Macron veut "lancer une réflexion" sur l'audiovisuel public "pour reposer les bases de la mission (...) au début de l'année prochaine."

20h52 : "Comment mieux mutualiser la radio, la télévision, le digital ? (...) Est-ce que le dispositif est le plus adapté pour former les jeunes, éveiller leur consciences ? Pas totalement. (...) Il y a beaucoup d'argent sur l'audiovisuel public, c'est le premier budget de la culture. Est-ce que l'argent est mis au bon endroit ?"

20h51 : Interrogé par Laurent Delahousse sur ses intentions quant au service public de l'audiovisuel, Emmanuel Macron rappelle que "les usages sont en train de changer" et que, selon lui, "notre audiovisuel public reste structuré sur le monde d'avant".

20h49 : Une pierre dans le jardin de Laurent Wauquiez. "Les gens qui s'opposent pour insulter ou pour décréter n'ont aucun intérêt."

20h49 : "Il faut attendre deux ans, pour que la réforme du marché du travail ait ses pleins effets."

20h49 : "Les décisions que nous avons pris en début de quinquennat, elles n'ont pas d'impact immédiat", admet le chef de l'Etat.

20h47 : Le député Insoumis Adrien Quatennens s'est étouffé devant sa télé lors du passage de l'interview sur le climat. Son collègue Eric Coquerel aussi.

20h45 : "Je pense qu'on a les conseils des ministres les plus longs et les plus collégiaux de la Ve République. Je veux que tout soit débattu", confie Emmanuel Macron dans le hall d'entrée de l'Elysée, où a été oublié un parapluie.

20h44 : "Il faut accepter la part d'impopularité qui va avec certaines réformes et quand on est impopulaire, il faut le mériter. La pire des choses, c'est que les gens ne vous aiment pas sans bonne raison."

20h44 : "Je lis tout [tous les articles]", confie Emmanuel Macron, qui reconnaît "commenter assez peu."

20h42 : Vous avez dit "contradiction" ?

20h40 : "Ce qu'on est en train de faire, c'est un peu du judo, on est en train de mettre la finance au chevet du climat. (...) Pour faire émerger des projets beaucoup plus vite, on a besoin d'argent."

20h39 : @anonyme C'est de ça dont vous parlez ?

20h39 : C'est quoi la boule bleue très originale qui est dans cette pièce?

20h38 : Sortir du nucléaire n'est en revanche pas la priorité d'Emmanuel Macron. "Le nucléaire n'est pas mauvais pour les émissions de CO2, c'est la manière la plus décarbonée de produire de l'électricité", assure-t-il.

20h36 : Devant sa télé, à droite, on tweete, comme Valérie Boyer, députée LR des Bouches du Rhône.

20h35 : Le président décrit ce qu'a fait l'Allemagne, qui a fermé du jour au lendemain ses centrales, a certes massivement investi dans le renouvelable, mais a aussi rouvert des centrales à charbon très polluantes.

20h35 : "Si je ferme demain une centrale nucléaire, je ne peux pas la remplacer par de l'énergie renouvelable, parce qu'une centrale nucléaire fournit de l'électricité toute l'année en continu. Le renouvelable, c'est une énergie intermittente."

20h33 : "Toutes les centrales thermiques et à charbon qui existent en France seront fermées, pendant le quinquennat", annonce Emmanuel Macron.

20h33 : "Je ne suis pas un activiste du climat depuis des décennies. (...) Je suis sincère. Il y a des sujets comme le glyphosate qui ne faisait pas partie de mon quotidien, j'ai lu, j'ai appris."

20h31 : C'est pas mal cet entretien/visite guidée de l'Elysée

20h31 : Plutôt pas mal l’idée de l’entretien debout. C’est beaucoup moins figé que les interviews habituelles !

20h30 : Sur la forme, cette interview présidentielle debout dans un coin de pièce surprend agréablement les observateurs.