Protection sociale : "La solution n'est pas de dépenser toujours plus d'argent", estime Macron

Le président de la République a expliqué le cadre de sa politique sociale, alors qu'au sein même de sa majorité certains lui réclament une politique plus sociale et moins libérale.

Le président de la République Emmanuel Macron, le 22 mai 2018 à Paris.
Le président de la République Emmanuel Macron, le 22 mai 2018 à Paris. (LUDOVIC MARIN / POOL)
Ce qu'il faut savoir

Quelle politique sociale pour les années qui viennent ? Emmanuel Macron s'est expliqué, mercredi 13 juin, devant le 42e congrès de la Mutualité française à Montpellier (Hérault) pour en tracer les grandes lignes. 

Une paire de lunettes remboursée tous les deux ans pour chaque Français. C'est l'une des annonces de la journée. Ce système obligera les opticiens à proposer au moins 17 modèles de lunettes totalement remboursées à partir du 1er janvier 2020. 

"On met trop de pognon et on déresponsabilise."  Une vidéo postée mardi soir par la conseillère presse d'Emmanuel Macron fait polémique. On y découvre le chef de l'Etat en train de préparer son discours et dire tout le mal qu'il pense du système français d'aides sociales. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MACRON

16h18 : Emmanuel Macron était à Montpellier, ce midi, pour détailler sa politique sociale. Zéro reste à charge pour les lunettes ainsi que les prothèses auditives et dentaires, meilleure prévention, financement de la dépendance : nous revenons sur trois annonces du chef de l'Etat.

Emmanuel Macron à Montpellier (Hérault), le 13 juin 2018. (SYLVAIN THOMAS / AFP)

15h08 : Voici trois des articles les plus lus sur le site aujourd'hui :

"Elle dénotait par rapport aux autres". D'anciens élèves de Brigitte Macron parlent de la passion de leur ancienne professeure de français pour son métier.

• Grumeaux, frustration, tentations… Pendant dix jours, Raphaël Godet a testé un repas en poudre "100% équilibré" qui tient dans une bouteille.

• Dans une vidéo tweetée par sa conseillère en communication, Emmanuel Macron estime qu'on "met trop de pognon" dans les aides sociales.

13h12 : Emmanuel Macron a terminé son discours au congrès de la Mutualité française. Le chef de l'Etat a notamment promis "d'investir pour réduire à 0" le reste à charge pour les lunettes, les prothèses auditives et dentaires.

12h41 : "Le cœur de notre réponse doit être de mieux prévenir, de mieux accompagner, non pas pour continuer à vivre dans la maladie ou la pauvreté, mais pour sortir de la maladie et de la pauvreté".

12h36 : Emmanuel Macron précise que le dispositif proposé maintiendra "le système par répartition avec solidarité intergénérationelle". Il annonce également une loi sur le risque de dépendance en 2019, pour réformer et financer la prise en charge des personnes dépendantes.

12h30 : "Un euro cotisé devra donner pour tous les mêmes droits. C'est la clé pour retrouver la justice et la confiance dans le système. Une loi [de réforme des retraites] sera présentée au début de l'année 2019 et votée au premier semestre 2019. Ce ne sera pas une énième réforme budgétaire."

12h23 : "Le minimum vieillesse a augmenté de 30 euros au 1er janvier dernier et augmentera de 30 euros au 1er janvier prochain. Et j'entends déjà les murmures dans la salle : rares sont les personnes au minimum vieillesse qui payent la CSG à taux plein. Donc c'est uniquement du pouvoir d'achat qu'ils ont gagné."

12h18 : "Nous devons intervenir plus tôt, plus massivement, en nous mobilisant tous. (...) Pour répondre à ces défis, nous devons réussir à transformer notre modèle historique."

12h13 : Interpellé par deux personnes dans l'assistance, Emmanuel Macron se dit "prêt à discuter de la fiscalisation" des mutuelles.

11h57 : "Nous dépensons beaucoup pour notre système de retraite. Nous n'avons pas réussi à reconstruire la confiance de nos concitoyens dans la durée : certains pensent qu'ils n'auront pas de retraite. La défiance s’est installée car nous avons 42 régimes de retraite".

11h50 : Emmanuel Macron dénonce "le trop grand nombre d'actes inutiles, la sur-médication". "Nous avons un système où il y a plus d'actes inutiles que chez nos voisins", dit-il encore.

11h47 : "La solution n'est pas de dépenser toujours plus d'argent (...). La question est de regarder en face trois grands défis : la santé, l'âge et l'exclusion".

11h50 : "Notre mission, c'est de renouer avec cet esprit, de ne pas avoir peur du changement. Car la société a changé. Nous avons cédé à l'adoration des totems", dit le président qui évoque trois principes : "la prévention, l'universalité, la dignité".

11h42 : "Notre Etat-Providence ne garantit pas suffisamment les conditions d'une vie digne. C'est cela que je veux pour ce quinquennat : une vie digne".

11h42 : "C'est le malentendu que je voudrais commencer à lever devant vous : je n'ai pas le sentiment que quand on redresse l'économie on soit contre le modèle social. C'est produire pour pouvoir redistribuer", dit Emmanuel Macron.

11h38 : "Justice sociale, solidarité, dignité, ce sont les engagements républicains (...). Nous continuons à promettre à chaque Français ses droits fondamentaux (...) mais dans les faits, ce que nous constatons c'est que tous les jours l'effectivité de ces droits est remise en cause", commence Emmanuel Macron.

11h37 : Quelle politique sociale pour les années qui viennent ? Emmanuel Macron va en en tracer les grandes lignes devant le 42e congrès de la Mutualité française, à Montpellier. Un discours que vous pouvez suivre dans ce live.