DIRECT. Présidentielle : regardez le meeting d'Emmanuel Macron à Lille

Au lendemain d'une visite vendredi dans l'ancien bassin minier du Pas-de-Calais, le candidat à la présidentielle compte remplir le Zénith de Lille, à partir de 17 heures.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Emmanuel Macron veut "arrêter le Front national". Le candidat à la présidentielle est en meeting à Lille (Nord), samedi 14 janvier à partir de 17 heures. Et il entend bien remplir la salle du Zénith. Franceinfo vous propose de regarder et commenter en direct l'événement.

Sur les terres du FN. Vendredi, le candidat à la présidentielle était en visite dans l'ex-bassin minier du Pas-de-Calais, où le Front national réalise de hauts scores, et notamment à Hénin-Beaumont, ville dont la municipalité est tenue par le parti d'extrême droite. 

"Troisième homme" ou "outsider". Les sondages prédisent un duel entre le candidat de droite François Fillon et la présidente du FN, Marine Le Pen, dans presque toutes les configurations. Mais Emmanuel Macron, installé dans le statut du "troisième homme", se voit en "outsider" susceptible de bousculer ce scénario.

Un duel à distance avec Marine Le Pen. L'ancien conseiller de François Hollande à l'Elysée a programmé une importante réunion publique le 4 février à Lyon, où la candidate du FN réunira au même moment ses partisans pour donner un nouvel élan à sa campagne.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MACRON

21h54 : C'est dingue quand même cette histoire avec Macron... Certes, il a sans doute dit les choses de manière "brute"... mais il ne fait que rapporter les résultats de l'étude dont vous parliez tout à l'heure... Les élus des Hauts de France auraient-ils du mal à assumer ce qui se passe dans leur région ?

21h51 : Dans un communiqué, Emmanuel Macron affirme qu'il ne retire "pas un mot" de ce qu'il a dit sur l'alcoolisme dans le bassin minier. "Je refuse de répondre à ceux qui ont abandonné ces territoires hier, comme le PC, ou leur mentent aujourd'hui, comme le FN."

21h46 : Au tour du porte-parole de François Fillon, Gérald Darmanin, de demande des excuses d'Emmanuel Macron aux gens du Nord après sa phrase sur l'alcoolisme et le tabagisme. "Le banquier, Monsieur Macron, voulant cacher la misère qu'il ne saurait voir, a parlé, sans d'autres formes de procès;, et avec un dédain de classe certain, de l'alcoolisme qui ravagerait la région".

21h24 : @anonyme Le candidat ne communique plus depuis quelques semaines sur ce sujet. Mais on se doute que sa tournée aux Antilles en décembre avait cet objectif. Avec aucun parti derrière lui, il doit cravacher plus que d'autres.

21h23 : Macron a-t-il ses 500 signatures?

19h49 : Tacle d'un dirigeant du FN sur RTL à propos du phénomène Macron : "Macron c'est comme Kouchner ou Lang : il fait 70% de cote de popularité, mais le jour où il se présente, il fait 10%."

19h24 : Emmanuel Macron a évoqué la surmortalité liée à l'alcoolisme et au tabagisme dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Aussitôt repris de volée par les élus FN. Qui a raison dans cette bataille de chiffres ? Notre journaliste Benoît Zagdoun démêle le vrai du faux.




(MAXPPP)

19h11 : J'avais raté ce tacle glissé du speaker d'En Marche à Manuel Valls, qui a rassemblé 200 personnes dimanche dernier à Liévin, non loin de Lille.

19h03 : Il est donne une vision de l'avenir tout de même un peu plus enthousiasment que les autres ...

19h03 : "J'ai besoin de votre force. De votre fougue. Vive la République ! Vive la France !"

Cette fois-ci, la voix du candidat n'a pas chevroté comme lors de son grand meeting à Paris.

19h03 : "Que toutes celles et ceux qui pensent que nous sommes des rêveurs soient rassurés. Nous le sommes ! Mais que toutes celles et ceux qui pensent que nous sommes des rêveurs soient inquiets, parce que nous sommes des obstinés."

18h56 : Vous piquez du nez ? Emmanuel Macron vous répond : "On me reproche d'être trop long, mais je suis trop long parce que j'explique ce projet commun qui est le nôtre !"

1h30 de discours à présent.


18h52 : Emmanuel Macron donne quelques éléments de son projet pour l'école primaire : "En CP et CE1, je diviserai le nombre d'élèves par classe par deux." Il annonce aussi le recrutement de 12 000 nouveaux enseignants : "Ce que je veux, c'est aussi mieux les rémunérer."

18h44 : L'émancipation, le maitre mot de Macron lors de son meeting !

18h43 : "Je suis là parce que j'ai eu la chance d'avoir une famille qui m'a poussé à étudier, d'avoir une grand-mère institutrice, puis directrice d'école, qui était sortie de sa condition par l'école. A chaque instant, j'ai pensé à ça. A deux générations près, rien ne me prédestinait à être devant. Il y a beaucoup de chance, il y a du travail, il y a des rencontres. Le socle de ce qui m'a conduit ce soir devant vous, c'est l'école."

18h26 : sans être pro Macron, je dois dire que tout monde critique tous ces politicards que l'on voit depuis trop longtemps et qui n'arrivent à rien mais lorsqu'un nouveau (qui a tout de même été ministre) se présente,on trouve qu'il n'a pas assez d'expérience . il faut savoir ce que l'on veut, et vu les résultats des "expérimentés"...

18h25 : Bravo pour cette phrase: "Si nous coupons le budget de la culture, pourquoi menons nous la guerre ?"

18h25 : Emmanuel "Fidel Castro" Macron entame la deuxième heure de son discours, qui continue de susciter de vives réactions.

18h06 : Emmanuel Macron a donc fait applaudir depuis le début du meeting : Martine Aubry, Jean-Louis Borloo, Roger Salengro, Gervais Martel (et le LOSC), le Général de Gaulle et François Mitterrand.

17h57 : Quand le candidat d'En Marche cite le patron du RC Lens, Gervais Martel, qu'il a rencontré hier, et le fait applaudir, il a aussitôt un petit mot pour les supporters du Losc. Il évite ainsi de fâcher les supporters des grands rivaux régionaux.

17h56 : "Dans ces terres [le bassin minier], on vit moins bien et moins longtemps, qu'on le veuille ou non". Emmanuel Macron répond aux cadres du FN qui l'ont accusé de mépris de classe.

17h51 : Emmanuel Macron fait applaudir Martine Aubry "à qui il souhaite le meilleur rétablissement possible" (la maire de Lille se fait opérer ces temps-ci). Pas sûr que les deux soient sur la même ligne politique...

17h49 : Macron a certe peu d'expérience mais il a connu des postes d'importance, a une carrure aussi et propose quelque chose de viable et non idyllique... Il garde la tête froide et même s'il n'est pas élu, il a lancé son mvt et on espère qu'il continuera...

17h48 : Jusqu'à quand ? Avec qui veut il gouverner ? Avec quelle assemblée ? Du vent et de l'orgueil.

17h48 : On commence sur un registre très social, avec une référence à la catastrophe de Courrières, qui a fait près de 1 100 morts parmi les mineurs en 1906. Il évoque le Nord comme le pionnier de la lutte pour les droits sociaux.

17h46 : Emmanuel Macron se présente "comme un enfant des Hauts de France". Effectivement, il est né à Amiens. Il bute quand même sur la phrase d'après, "vos Hauts de France, nos Hauts de France". Pour la petite histoire, il y passe toujours ses vacances, au Touquet (Pas-de-Calais).

17h47 : Emmanuel Macron se félicite que son mouvement rassemble autant de gens qui ont voté à droite qu'à gauche, lassés "par les chicayas politiciennes". "C'est pour ça qu'En Marche veut faire entrer notre pays dans ce siècle naissant."

17h43 : comme toute les nouveaux produits il suscite de l'intérêt mais n'a aucune preuve de ses compétences à un poste important. Qu'a t il fait de bien en temps que ministre ??? Très risqué de donner les clefs d'un pays à quelqu un qui a peu d'expérience. On a déjà vu ce que ca a donne avec Hollande ....

17h47 : Le candidat d'En Marche, qui cette fois n'est pas au milieu de la foule et sans pupitre, est LE sujet de conversation dans les commentaires du live.

17h47 : Et au même moment, Emmanuel Macron entre en scène : "Bonjour Lille, bonjour le Nord, bonjour les Hauts de France ! Vous m'avez l'air d'être formidablement enthousiastes".

S'en suit un tonnerre de "Macron président", que n'interrompt pas le candidat, qui goûte cet accueil de rock-star.

17h28 : En tout cas il est indéniable qu'il suscite de l'engouement

17h28 : C'est juste. C'est d'ailleurs un des arguments avancés par l'équipe de Manuel Valls, qui a peiné à rassembler 200 personnes la semaine dernière à Liévin : "les salles ne font pas les résultats, sinon Nicolas Sarkozy aurait remporté la primaire de droite", argumente Olivier Dussopt dans Libération.

17h27 : N'oublions pas que Sarkozy faisait le plein à tous ses meetings !!

17h26 : @anonyme C'est le chiffre donné par le camp Macron, qu'il convient de manier avec précaution (ils avaient un peu exagéré l'affluence lors du meeting de la Porte de Versailles). Mais le Zénith de Lille, d'une capacité maximale de 7 000 spectateurs selon son site, a l'air bien garni.

17h22 : 5000 personnes au meeting de Macron, info ou intox ?

17h21 : @anonyme Absolument. L'ancien ministre de Jacques Chirac, Jean-Paul Delevoye, régional de l'étape car du Nord, est aussi présent.

17h20 : Quelles personnalités au meeting de Macron ?? j'ai cru voir JP Huchon...

17h15 : Dans les commentaires, certains d'entre vous râlent sur la couverture du discours d'Emmanuel Macron. Les journalistes sur place, pourtant rodés aux meetings, trouvent que l'engouement suscité par l'ancien ministre assez extraordinaire.

17h10 : @anonyme On peut aussi voir le verre à moitié plein du côté de l'alcoolisme et du tabagisme dans le Nord-Pas-de-Calais, car les jeunes y sont moins sensibles que la moyenne nationale (comme l'explique ici France 3 Nord).

17h09 : Ben oui c'est vrai ! L'observatoire régional de la santé du NPDC ne cesse de l'écrire, de le dire, de l'analyser, de le diagnostiquer.