Coup de com’, coup de bluff et coup de génie... Qui se cache derrière les Jeunes avec Macron ?

Des documents issus des Macron leaks racontent la genèse du premier collectif de soutien à Emmanuel Macron. Officiellement indépendant du ministre, il était en réalité couvé par des proches du futur candidat. Histoire d’un "gros coup" qui a conduit quelques (très) jeunes hommes vers le sommet de la Macronie.

RADIO FRANCE / FRANCEINFO

Le collectif les Jeunes avec Macron, lancé à l’été 2015, était-il aussi spontané qu’il le prétendait ? Ses adhérents étaient-ils aussi nombreux et "jeunes" que ses créateurs l’annonçaient ? Ces derniers ont-ils été récompensés pour avoir servi de relais à un futur candidat qui manquait encore soutiens ? Des dizaines de mails et de documents racontent l’histoire d’un coup politique mené de main de maître par quelques anciens militants des Jeunes socialistes, qui finiront par rejoindre les rangs de la Macronie à l’Assemblée nationale ou à l’Élysée.

Une initiative anonyme qui suscite des interrogations

Qui se cache derrière les Jeunes avec Macron (JAM) ? Le 30 juin 2015, le site internet qui vient d’apparaître semble avoir été lancé par un large rassemblement. Sous le titre "Qui sommes-nous ?", on peut lire : "Militants de partis politiques, membres d’associations et de syndicats, entrepreneurs, salariés, apprentis, étudiants ou encore lycéens, nous […] avons décidé de nous constituer en collectif indépendant des organisations politiques pour témoigner notre soutien à […] Emmanuel Macron."

En réalité, ils ne sont que quatre, tous anciens militants du Mouvement des jeunes socialistes : Sacha Houlié, Pierre Person, Florian Humez et Jean Gaborit. Mais leur initiative fait mouche. Quarante-huit heures après le lancement, Pierre Person fait le bilan dans un mail à ses camarades : "7 000 visiteurs uniques, 30 000 pages vues au total, 55 prises de contact par mail. […] On touche la population souhaitée pour le moment." L’initiative ne passe pas inaperçue auprès des médias.

Le collectif "indépendant" est en réalité en contact avec Bercy

Quelques semaines plus tard, le site internet donne naissance à un collectif. Le premier mouvement de soutien à Emmanuel Macron est créé. Et ses créateurs le martèlent : leur initiative est totalement indépendante du cabinet d’Emmanuel Macron.

En réalité, les quatre fondateurs du collectif sont en contact étroit avec Stéphane Séjourné, le conseiller politique d’Emmanuel Macron, arrivé fin 2014 à Bercy et qui l’a depuis suivi à l’Élysée. Des dizaines de mails montrent qu’ils sont tenus informés de la stratégie du futur candidat, comme cet échange, six jours après le lancement du site internet :

\"On va pouvoir riposter\" - Mail envoyé par Pierre Person le 6 juillet 2015, en réponse à Stéphane Séjourné.
"On va pouvoir riposter" - Mail envoyé par Pierre Person le 6 juillet 2015, en réponse à Stéphane Séjourné. (RADIOFRANCE)

Stéphane Séjourné et les quatre cofondateurs des Jeunes avec Macron se connaissent depuis leurs études, à la fac de droit de Poitiers. Le futur conseiller politique, de 3 ou 4 ans leur aîné, est leur mentor au sein du Mouvement des jeunes socialistes. Tous appartiennent à la l’aile droite strauss-kahnienne (et minoritaire) de la pouponnière du PS.

Emmanuel Macron est informé

Si Emmanuel Macron ne semble pas avoir piloté directement l’initiative, il est rapidement informé de leur identité. Dans un échange de mails avec un autre de ses conseillers, Ismaël Emelien, trois mois après le lancement du site internet, il demande s’il s’agit bien des "colocs de Steph" (certains d’entre eux étaient colocataires à Poitiers) :

Dans cet échange de mails, 2M E n\'est autre qu\'Emmanuel Macron.
Dans cet échange de mails, 2M E n'est autre qu'Emmanuel Macron. (RADIOFRANCE)

Ce mail, Stéphane Séjourné le transfère à ses amis avec ce commentaire : "Le M le prend apparemment bien :)".    

Un "mécène" nommé Henri Hermand

Pour trouver des fonds, les créateurs des JAM tentent quelques approches auprès de mécènes potentiels, réputés proches d’Emmanuel Macron, comme Pierre Bergé ou Jean Peyrelevade. Sans succès. Ils vont finalement trouver une oreille attentive en la personne d’Henri Hermand. Cet homme d’affaire qui fut le témoin de mariage du futur président leur met notamment à disposition un bureau. Il les soutient également dans une des notes qu’il envoie régulièrement au ministre de l’Économie lorsque certains membres de son cabinet commencent à les trouver un peu encombrants.

\"Je travaille avec les Jeunes avec Macron. Ils font un énorme boulot\" - Note écrite par Henri Hermand pour Emmanuel Macron.
"Je travaille avec les Jeunes avec Macron. Ils font un énorme boulot" - Note écrite par Henri Hermand pour Emmanuel Macron. (RADIOFRANCE)

Néanmoins, l’aide financière du "mécène", comme ils l’appellent entre eux, semble avoir été limitée.

Vraiment nombreux et jeunes les JAM ?

L’examen attentif de plusieurs fichiers adhérents contenus dans les échanges mails entre les créateurs des JAM montre qu’ils ont probablement gonflé les chiffres, procédé relativement classique chez les mouvements politiques. Sacha Houlié et Pierre Person ne le contestent pas formellement et admettent dans un sourire que "la phase d’amorçage est toujours difficile". Les créateurs des JAM ont également une conception assez large de l’adhésion à leur mouvement. "Ce sont tous ceux sur qui on a un numéro de téléphone a minima", écrit Sacha Houlié dans un mail. En clair, il suffit d’avoir laissé ses coordonnées sur le site ou lors d’une réunion pour être comptabilisé. Mais sont-ils des militants pour autant ? Dans un message, la référente d’un département de l’ouest se plaint de n’avoir aucune réponse du groupe "d’adhérents" qu’elle est censée animer.

Et puis, les Jeunes avec Macron ne sont pas si jeunes. Dans certains départements, la moitié des adhérents a en réalité plus de 30 ans. En parcourant les listings, on peut ainsi tomber sur l’ancien directeur d’une grande école âge de… 88 ans ! Hormis les étudiants, la majorité des sympathisants déclarent appartenir aux catégories socio-professionnelles les plus aisées.

Fichier des adhérents des Jeunes avec Macron de la Haute Garonne fin avril 2016 (les noms et certaines informations personnelles ont été effacés).
Fichier des adhérents des Jeunes avec Macron de la Haute Garonne fin avril 2016 (les noms et certaines informations personnelles ont été effacés). (RADIOFRANCE)

Pas "professionnels de la politique" mais déjà très rôdés

Lors de toutes les interviews qu’ils donnent, les créateurs des JAM se gardent bien de faire état de leur passé de militants au sein du Mouvement des jeunesses socialistes, insistant sur le fait qu’ils ne sont pas "des professionnels de la politique". 

Malgré leur apparence juvénile, les quatre sont pourtant parfaitement rodés aux techniques militantes. La création des Jeunes avec Macron n’est que la reproduction d’une méthode plusieurs fois mise en œuvre lorsqu’ils militaient à Poitiers, révèle Jules Aimé, qui les côtoyait au MJS : "Nous avions créé plusieurs structures sur le modèle "les jeunes avec machin, les jeunes contre telle chose, etc…". Il suffit d’un site internet et d’une pétition, et c’est parti ! Vous faites signer un millier de personnes, ce qui n’est pas trop compliqué, et ça vous assure une couverture médiatique. A Poitiers nous étions présents dans le milieu associatif, dans le mouvement syndical et dans le mouvement politique, sous plusieurs appellations. Alors qu’en réalité c’était toujours le même noyau dur du MJS qui se trouvait derrière ces différentes structures." De fait, les JAM, avec leur processus d’adhésion réduit au minimum, ont été créés sur ce modèle.

Les médias se précipitent à l’inauguration d’un think tank fantôme

A côté du collectif militant, les créateurs des JAM ont envisagé de lancer un think tank, baptisé La Gauche libre. Pour cela, ils ont contacté des chercheurs, des doctorants susceptibles de produire notes et rapports. "Ils ne sont jamais revenus vers moi alors que j’étais d’accord pour travailler avec eux", explique l’un d’eux. En fait, le think tank n’a jamais vraiment existé. Son compte Twitter, aujourd’hui en déshérence, témoigne d’ailleurs de la production quasi nulle de ce qui devait être une boîte à idée visant à réconcilier la gauche et le libéralisme. Mais l’annonce de son lancement a en revanche été un formidable coup médiatique. Toute la presse nationale, qui s’interroge encore sur les ambitions présidentielles d’Emmanuel Macron, fait le déplacement. Pendant deux jours, les créateurs des JAM multiplient les apparitions en direct sur les chaînes d’information continue. A l’arrivée, plus d’une centaine de retombées médias pour la conférence de presse inaugurale, pour environ 2 000 euros, le coût de location des chaises.

Quand les JAM deviennent essentiels pour Emmanuel Macron

Au printemps 2016, une période difficile débute pour Emmanuel Macron. Passés les effets d’annonce de la loi Macron, le ministre peine à faire entendre sa voix. En juillet, un document interne des Jeunes avec Macron explique le rôle que le collectif joue dans cette période :

\"Emmanuel Macron est dans un trou d\'air\" - Extraits du plan d\'action stratégique des Jeunes avec Macron. 
"Emmanuel Macron est dans un trou d'air" - Extraits du plan d'action stratégique des Jeunes avec Macron.  (RADIOFRANCE)

Les Jeunes avec Macron ont aussi probablement sauvé l’un des premiers symboles du Macronisme naissant : La Grande marche. A relire les échanges de mails des proches d’Emmanuel Macron, l’opération a été bien plus compliquée que les responsables d’En marche ne l’expliquaient à l’époque. Les "marcheurs" devaient recueillir le témoignage de 100 000 Français afin de servir de base au programme du futur candidat. A l’arrivée, le mouvement admettra en avoir réuni 25 000.

En Marche peine à mobiliser des militants sur le terrain. Les JAM vont alors leur donner un coup de main providentiel : sur les 1 500 coordinateurs de la Grande marche, la moitié était issue des JAM. Sans eux, l’opération aurait pu tourner au fiasco. Pierre Person apparaît même dans certains reportages consacrés à la Grande Marche.

Sacha Houlié : "On va bouger ce putain de pays"

La participation active des JAM à La grande marche suscite chez les jeunes militants de grands espoirs pour la suite. Le 24 avril 2016, Sacha Houlié écrit aux autres créateurs des JAM : "On a gagné un crédit énorme. […] On est en train de tous faire un gros coup dans le paysage politique français. On va bouger ce putain de pays."

 \"On va bouger ce putain de pays.\" - Mail envoyé par Sacha Houlié le 24 avril 2016. 
"On va bouger ce putain de pays." - Mail envoyé par Sacha Houlié le 24 avril 2016.  (RADIOFRANCE)

Quatre anciens dirigeants des JAM sont devenus députés en 2017 : Pierre Person, Sacha Houlié ainsi que deux de leurs amis ex-militants du MJS de Poitiers, Guillaume Chiche et Aurélien Taché. Florian Humez est devenu conseiller du président de l’assemblée nationale et Jean Gaborit a filé à la communication à l’Elysée. Lorsqu’ils ont débarqué au Palais Bourbon, des élus socialistes les ont immédiatement reconnus : "C’est la bande de Poitiers !" Ce surnom, qui est apparu pour la première fois sous la plume de Nathalie Segaunes, dans L’Opinion, est désormais devenu un courant de la Macronie. Pour le journaliste du Figaro, François-Xavier Bourmaud, auteur de plusieurs livres sur l’actuel président, "derrière la génération des Griveaux et consorts, ils constituent aujourd’hui l’équipe B de la Macronie. S’il y a un deuxième temps dans le quinquennat, voire un deuxième quinquennat, on entendra probablement parler d’eux."

Les fondateurs des Jeunes avec Macron, Sacha Houlié, Jean Gaborit, Florian Humez et Pierre Person,lors de la première convention nationale du mouvement, le 17 mars 2017, à Nogent-sur-Marne.
Les fondateurs des Jeunes avec Macron, Sacha Houlié, Jean Gaborit, Florian Humez et Pierre Person,lors de la première convention nationale du mouvement, le 17 mars 2017, à Nogent-sur-Marne. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)