"Casse-toi pauv' con !" : un jeune homme condamné à 250 euros avec sursis pour avoir insulté Emmanuel Macron

Un jeune homme de 21 ans a été condamné à 250 euros d'amende avec sursis, mardi à Laval (Mayenne), pour avoir crié "Casse-toi pauv' con !" à Emmanuel Macron, lors d'une visite ministérielle, en juillet.

Emmanuel Macron, alors ministre de l\'Economie, en visite à Laval (Mayenne), le 25 juillet 2016.
Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, en visite à Laval (Mayenne), le 25 juillet 2016. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Un jeune homme de 21 ans a été condamné à 250 euros d'amende avec sursis, mardi 6 décembre à Laval, pour avoir lancé "Casse-toi pauv' con" à Emmanuel Macron, en visite ministérielle à Laval (Mayenne) le 25 juillet, rapporte France Bleu Mayenne. Le prévenu a reconnu les faits et a affirmé que cette insulte "n'est qu'une critique de nature politique [et] ne vise pas la personne mais ses idées, ses pratiques".

Clément Lavallois, étudiant à Rennes, avait été rapidement identifié après les faits et convoqué à l'Hôtel de police de Laval. Il a plaidé coupable dans le cadre d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC). Il s'est directement entretenu avec le procureur de la République, accompagné de son avocat.

Une phrase déjà utilisée contre Nicolas Sarkozy

Ce n'est pas la première fois qu'un habitant de Mayenne est jugé pour avoir adressé cette phrase à un homme politique. En août 2008, le militant altermondialiste Hervé Eon avait brandi une pancarte avec ce qui était devenu un slogan à l'adresse de Nicolas Sarkozy, alors président de la République. Par ce geste, il lui retournait la phrase que ce dernier avait lui-même prononcée six mois plus tôt, au Salon de l'Agriculture de Paris.

Hervé Eon avait été condamné à une amende de 30 euros avec sursis, en première et en deuxième instance, pour offense au chef de l'État. En mars 2013, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait dénoncé une condamnation "disproportionnée".