Beauvau de la sécurité : "On est obligés de saluer le budget assez extraordinaire qui nous est annoncé", commente le secrétaire général adjoint de SGP Police

Le gouvernement a lancé le Beauvau de la sécurité en février dernier dans le but d'améliorer les conditions de travail des forces de l'ordre, et s'achève ce mardi. Emmanuel Macron a fait une dizaine d'annonces lors de son discours de clôture. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le chef de l'Etat Emmanuel Macron en visite à l'école de police de Roubaix (Nord) pour la clôture du Beauvau de la sécurité, le 14 septembre 2021. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"On est obligés de saluer le budget assez extraordinaire qui nous est annoncé, maintenant on n'a pas tous les détails sur l'emploi qui sera fait de ce budget", commente mardi 14 septembre sur franceinfo, Jérôme Moisant le secrétaire général adjoint du syndicat Unité SGP Police FO. Emmanuel Macron a annoncé une nouvelle rallonge, de 500 millions d'euros cette fois-ci, du budget du ministère de l'Intérieur en 2022 en clôture du Beauvau de la sécurité à Roubaix. Ce budget augmentera au total de 1,5 milliard d'euros en 2022.

Le syndicat Unité SGP Police FO attend de voir 

"On peut se féliciter" de l'augmentation du temps de formation pour les policiers et les gendarmes, ajoute le policier, mais il craint que la hausse de 50% du temps de formation continue "soit encore insuffisant", car ce sont 50% de plus de "pas grand-chose".

Le secrétaire général adjoint "attend de voir" comment sera concrétisée la promesse de l'augmentation de la présence des "bleus" sur le terrain, rappelant que "les temps de respiration sont essentiels" pour les agents, que "l'équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle des agents est assez difficile à trouver" et qu'ils ont donc besoin d'avoir des temps de repos.

Alors que le président de la République évoque la réorganisation des cycles horaires pour que les agents soient davantage sur le terrain et moins dans les bureaux, Jérôme Moisant commente que "les cycles horaires, c'est un serpent de mer dans l'organisation de la police nationale depuis maintenant 5 ou 6 ans, depuis Bernard Cazeneuve".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.