Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Affaire Benalla : un conseiller de la présidence décrit la panique déclenchée à l'Elysée par le "contrat russe"

Alexandre Benalla a-t-il, alors qu'il travaillait encore pour l'Elysée, négocié un contrat de sécurité avec un oligarque russe très controversé, proche de Vladimir Poutine ? Une collusion qui serait de nature à mettre en danger la sécurité de l'Etat... Un conseiller de la présidence décrit à "Envoyé spécial" la panique qui s'est emparée de l'Elysée quand la presse a révélé l'existence de ce sulfureux "contrat russe".

Pendant plus de trois mois, "Envoyé spécial" a enquêté sur les dessous d'une affaire qui embarrasse l’Elysée. Quel rôle exact Alexandre Benalla a-t-il joué dans la signature d'un contrat de sécurité avec un sulfureux oligarque russe ? Iskandar Makhmudov est un proche de Vladimir Poutine, suspecté d'être lié à la mafia. La commission d'enquête du Sénat a pris la question très au sérieux. Son rapport conclut que "de telles relations d'affaires ont pu faire de MM. Benalla et Crase [l'ami d'Alexandre Benalla, présent à ses côtés le 1er mai 2018] les maillons faibles de la sécurité du chef de l'Etat, en les plaçant sous la dépendance d'intérêts étrangers".

"Quand on a vu le contrat russe, on s'est dit 'il faut tout checker très vite'..."

Sous couvert d'anonymat, un conseiller de la présidence de la République habilité "secret Défense" a décrit aux journalistes d'"Envoyé spécial" la panique qui s'est emparée de l'Elysée quand la presse a révélé l'existence de ce "contrat russe". "L'Elysée, on sait que c'est le rêve de tout espion étranger. Quand on a vu le contrat russe, on s'est dit 'il faut tout checker très vite'."

"On s'est demandé si cet idiot de Benalla n'avait pas pu faire rentrer des mecs"

"On s'est demandé, poursuit l'interlocuteur, si cet idiot de Benalla n'avait pas pu faire rentrer des mecs, si quelqu'un n'était pas venu mettre un émetteur pour récupérer ce qui se dit. On a dû tout passer au peigne fin." Le danger, selon ce conseiller qui s'exprime anonymement ? Rien moins que "la sécurité de l'Etat"...

L'Elysée ayant décliné les demandes d'interview d'"Envoyé spécial", les journalistes se sont invités à une visite officielle d'Emmanuel Macron. Le 17 juin 2019, ils ont suivi le président de la République au Salon aéronautique du Bourget pour lui poser personnellement la question : craint-il un risque d'ingérence depuis la révélation des affaires russes d'Alexandre Benalla ?

Extrait de "Les secrets de l'affaire Benalla", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 20 juin 2019.

Affaire Benalla : un conseiller de la présidence décrit la panique déclenchée à l\'Elysée par le \"contrat russe\"
Affaire Benalla : un conseiller de la présidence décrit la panique déclenchée à l'Elysée par le "contrat russe" (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)