Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Affaire Benalla : Nicolas Dupont-Aignan claque la porte de la commission d'enquête à l'Assemblée

Le député et président de Debout la France a vivement réagi à la prise de parole du chef de l'Etat sur Alexandre Benalla, mardi soir devant les élus de sa majorité. 

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le député Debout la France Nicolas Dupont-Aignan, le 5 juin 2018 à l'Assemblée nationale, à Paris.  (BERTRAND GUAY / AFP)

Il dénonce une "mascarade". Le député et président du mouvement Debout la France Nicolas Dupont-Aignan a quitté la commission des lois de l'Assemblée nationale, mercredi 25 juillet, en pleine audition du général Eric Bio-Farina, le commandant militaire de l'Elysée, sur l'affaire Benalla

L'ancien candidat à l'élection présidentielle dénonçait l'intervention surprise du président de la République, Emmanuel Macron, devant les élus de sa majorité, mardi soir. Lors d'une réunion à la Maison de l'Argentine, à Paris, le chef de l'Etat a estimé que "le seul responsable de cette affaire, c'est moi, et moi seul", et a fustigé "la République des fusibles (...) la République des haines". 

"Est-ce qu'il y a deux catégories de députés, les députés En Marche qui ont l'honneur de recevoir le président de la République pour avoir des explications sur ses responsabilités, et l'ensemble des députés qui sont baladés par une commission qui n'auditionne pas tous ceux qu'ils voudraient voir ?", a lancé Nicolas Dupont-Aignan devant les autres membres de la commission des lois de l'Assemblée, mercredi. 

"Le président de la République s'abaisse, n'est plus le président de la Nation mais va voir ses 'députés', ce qui est totalement contraire à la constitution", a-t-il déploré. "Je trouve que la situation est très grave et que le président de la République dans cette affaire n'est pas digne de sa fonction, moi, je ne participerai plus à cette mascarade", a-t-il lâché, avant de claquer la porte de la commission. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.