Tentative de perquisition chez Mediapart : Edwy Plenel dénonce "un scandale ordonné par le nouveau procureur de la République de Paris"

Le cofondateur de Mediapart a réagi sur France Inter après la tentative de perquisition, lundi 4 février, dans les locaux du site d'information, à Paris.

Le journaliste et cofondateur de Mediapart Edwy Plenel, le 12 janvier 2016.
Le journaliste et cofondateur de Mediapart Edwy Plenel, le 12 janvier 2016. (GEORGES GOBET / AFP)

"Cette perquisition est un scandale ordonné par le nouveau procureur de la République de Paris, dont on connaît les conditions de nomination sur pression du pouvoir exécutif", a dénoncé lundi 4 février Edwy Plenel au micro de France Inter.

Le confondateur du site d'information en ligne Mediapart réagissait après la tentative de perquisition des locaux situés dans le 12e arrondissement de la capitale, lundi matin, dans le cadre de l'affaire Benalla.

"Il [le procureur] a ordonné une perquisition dans une enquête préliminaire pour - soi-disant - violation de l'intimité privée de monsieur BenallaEdwy Plenelà France Inter

Ce lundi matin, selon une jource judiciaire jointe par franceinfo, deux magistrats du parquet accompagnés d'enquêteurs se sont présentés dans les locaux de Mediapart afin de saisir les enregistrements diffusés la semaine dernière par le média. Plus précisément et toujours selon cette même source, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "atteinte à l'intimité de la vie privée"  sur les conditions d'enregistrement d'une conversation entre Alexandre Benalla et Vincent Crase fin juillet, après sa diffusion la semaine passée par Mediapart.

"Il faut défendre l'honneur de la presse tout le temps"

"Je rappelle qu'il y a des faits dont la justice est saisie par des juges d'instruction sur monsieur Benalla. Vendredi, je recevais une demande de la police - à la demande des juges - de donner nos éléments factuels, d'enregistrements, de preuves, Qui permettent de montrer la violation du contrôle judiciaire par monsieur Benalla, [mais aussi] les faits d'effacement de preuves par messieurs Benalla et Crase, l'histoire du contrat russe etc. Tout cela était pour les juges. Et deux jours après, manoeuvre du parquet - qui je le rappelle dépend du pouvoir exécutif - qui essaye de venir faire cette perquisition à Mediapart", a ajouté Edwy Plenel avant de conclure : "Nous vivons une époque où il faut défendre l'honneur de la presse tout le temps."