Motion de censure de gauche : "C'est une forme de rappel à l'ordre"

Les groupes Nouvelle Gauche, communiste et France insoumise vont déposer une motion de censure commune contre le gouvernement sur l'affaire Benalla, mardi. Le porte-parole du Parti socialiste Boris Vallaud explique vendredi sur franceinfo avoir été "contraint" par l'attitude de la majorité.

Le porte-parole du Parti socialiste, Boris Vallaud, explique pourquoi le groupe Nouvelle Gauche va déposer une motion de censure, avec les communistes et la France insoumise.
Le porte-parole du Parti socialiste, Boris Vallaud, explique pourquoi le groupe Nouvelle Gauche va déposer une motion de censure, avec les communistes et la France insoumise. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

"C'est une forme de rappel à l'ordre", a estimé vendredi 27 juillet sur franceinfo le porte-parole du Parti socialiste Boris Vallaud, à propos de la motion de censure commune que souhaitent déposer les groupes Nouvelle Gauche (PS), communiste et Insoumis, dans le cadre de l'affaire Benalla. La majorité "nous a contraints, par cette façon de faire, à cette motion de censure au gouvernement", affirme Boris Vallaud.

Selon le député des Landes, également membre de la commission des Affaires sociales, cette motion vise à "dire que le fonctionnement de nos institutions et l'État de droit sont des choses qui n'appartiennent à personne et qui nous dépassent très largement".

Créer un "espace de débat"

Avec le dépôt de cette motion de censure, qui n'a pas de chance d'aboutir en raison du poids insuffisant de la gauche à l'Assemblée nationale, "ce que nous voulons, c'est un espace de débat qui ne se résume pas à cet exercice minimaliste un peu convenu des questions au gouvernement", affirme Boris Vallaud.

"Beaucoup de zones d'ombre demeurent et ce que nous voulons dire, c'est que nous serions collectivement grandis à aller au bout du travail parlementaire", conclut le député.