Alexandre Benalla toujours en garde à vue

Première nuit en garde à vue pour Alexandre Benalla, proche collaborateur d'Emmanuel Macron, vendredi 20 juillet. L'homme est entendu par la police à la suite de faits de violences lors du 1er mai. Depuis ce matin, les révélations pleuvent et les sanctions aussi.

Alexandre Benalla s'est présenté à la police judiciaire vendredi 20 juillet avec son avocate. Depuis, il n'est toujours pas sorti de garde à vue. Devant les enquêteurs, il doit répondre de ses actes survenus le 1er mai dernier. Casque de policier sur la tête, c'est avec violence qu'Alexandre Benalla s'en est pris à des manifestants. À ses côtés, son ami, Vincent Crase, qui assure lui aussi la sécurité du président. Lui aussi est actuellement en garde à vue.

Des précédents ?

Il y a deux jours, trois hauts gradés de la police ont remis à Alexandre Benalla les images de caméras de vidéosurveillance du 1er mai. Ils ont été suspendus de leurs fonctions. Coup de sang, méthode musclée, le passé d'Alexandre Benalla refait aujourd'hui surface. L'été dernier, lors des vacances du couple présidentiel à Marseille (Bouches-du-Rhône), Alexandre Benalla aurait menacé un photographe. En 2016, le proche collaborateur d'Emmanuel Macron aurait également eu une altercation violente avec un militant communiste qui souhaitait accéder à la salle où Emmanuel Macron annonçait sa candidature.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le 1er mars 2017, à moins de deux mois du premier tour des présidentielles, Emmanuel Macron, alors candidat du mouvement \"En Marche\", visite le Salon de l\'Agriculture, aux côtés de son chef de la sécurité, Alexandre Benalla. 
Le 1er mars 2017, à moins de deux mois du premier tour des présidentielles, Emmanuel Macron, alors candidat du mouvement "En Marche", visite le Salon de l'Agriculture, aux côtés de son chef de la sécurité, Alexandre Benalla.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)