Alexandre Benalla auditionné au Sénat : "Je souhaite de tout cœur que ce soit la dernière fois" déclare Philippe Bas

Alexandre Benalla est entendu pour la deuxième fois ce lundi par la commission d'enquête au Sénat, après une nouvelle mise en examen pour l'affaire des passeports diplomatiques. Philippe Bas, le président de cette commission estime que le "feuilleton n'a que trop duré".

Philippe Bas, président (LR) de la commission d\'enquête du Sénat, lundi 21 janvier 2019
Philippe Bas, président (LR) de la commission d'enquête du Sénat, lundi 21 janvier 2019 (FRANCEINFO)

Alexandre Benalla est entendu ce lundi à 14h pour la deuxième fois par le Sénat après une nouvelle mise en examen vendredi pour "usage sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle". L'ancien chargé de mission de l'Élysée semble avoir utilisé une vingtaine de fois ses passeports diplomatiques après sa mise à pied.

"Ce feuilleton n'a que trop duré", explique ce matin Philippe Bas sur franceinfo. Le président Les Républicains de la commission d'enquête du Sénat a affirmé qu'il souhaitait "de tout cœur que ce soit la dernière fois" qu'il auditionnait Alexandre Benalla.

franceinfo : Alexandre Benalla avait dit en septembre devant la commission d'enquête du Sénat qu'il avait rendu ses passeports. Les faits semblent le contredire. Attendez-vous des explications ?

Philippe Bas : Quand vous quittez un travail, vous rendez les attributs de la fonction, votre téléphone portable, votre ordinateur et tout le reste. Après son licenciement, Alexandre Benalla aurait dû rendre son téléphone crypté, ses passeports de service et ses passeports diplomatiques. Il en avait toute une collection ! En septembre, il nous a dit qu'il les avait laissés dans son bureau et l'Élysée nous dit le contraire. Nous devions écouter de nouveau monsieur Benalla pour savoir quelles sont ses explications face à cette contradiction avant toute décision de notre part.

Avez-vous déjà des convictions sur cette affaire Benalla ?

La question essentielle est : "est-ce que vraiment l'État, la présidence de la République, ministère des Affaires étrangères, ministère de l'Intérieur a fait tout ce qu'il faut pour retirer les attributs de la fonction à monsieur Benalla ?" Y a-t-il eu soit des négligences, soit une forme de protection ? C'est cela notre travail et personne ne peut le faire à notre place. Ce n'est pas le rôle de la justice de contrôler le bon fonctionnement de l'État. La justice dira si monsieur Benalla a commis un délit, mais nous dirons si l'État a bien fonctionné, si l'État n'a pas facilité d'une certaine façon la commission d'un éventuel délit en ne retirant pas avec plus d'énergie tous les attributs de la fonction de monsieur Benalla.

Pensez-vous qu'il y aura une "saison 3", avec une autre audition d'Alexandre Benalla ?

Je souhaite de tout cœur que ce soit la dernière fois que nous le voyons. Ce feuilleton n'a que trop duré. Cette affaire Benalla n'aurait jamais dû exister. Il eut suffi pour cela que monsieur Benalla soit licencié sans attendre que le journal Le Monde publie un grand article. Il n'y aurait pas eu ce rebondissement si nous n'avions pas appris qu'il avait continué à disposer de ses passeports et qu'il s'en était servi. J'espère que maintenant nous avons épuisé le sujet (...) il est grand temps que la lumière soit faite.

RADIO FRANCE