Affaire Benalla : Vincent Crase porte plainte à son tour après les enregistrements diffusés par Mediapart

Mediapart avait diffusé, début février, des enregistrements d'une conversation entre Alexandre Benalla, à l'époque chargé de mission de l'Elysée, et Vincent Crase, salarié de La République en marche.

L\'ancien salarié de La République en marche Vincent Crase, le 19 septembre 2018 au Sénat.
L'ancien salarié de La République en marche Vincent Crase, le 19 septembre 2018 au Sénat. (BERTRAND GUAY / AFP)

Lui aussi porte plainte. Vincent Crase, l'ancien salarié de La République en marche impliqué dans les violences du 1er-Mai, porte plainte après la diffusion par Mediapart d'enregistrements de conversation avec Alexandre Benalla. C'est son avocat qui a officialisé la nouvelle auprès de franceinfo, lundi 18 février.

La plainte est déposée pour "détention illicite d'appareils ou de dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d'interceptions", "atteinte à l'intimité de la vie privée" et "atteinte à la représentation de la personne". Alexandre Benalla avait lui déposé plainte pour les mêmes motifs jeudi. Le parquet n'a pas attendu ces plaintes pour se saisir du dossier. Le 4 février, il avait ouvert une enquête préliminaire notamment pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" et tenté de perquisitionner Mediapart pour se faire remettre les enregistrements.

Ces enregistrements de conversations de l'ancien collaborateur du président de la République avec l'ex-responsable de la sécurité de LREM et gendarme réserviste portaient notamment sur le soutien d'Emmanuel Macron dans l'affaire des violences du 1er-Mai. En ayant cette conversation, les deux hommes ont violé leur contrôle judiciaire puisqu'ils ont tous deux été mis en examen le 22 juillet 2018, notamment pour "violences en réunion".