Affaire Benalla : une peine de 18 mois de prison avec sursis requise par le procureur

Le parquet a également demandé qu'Alexandre Benalla soit condamné à cinq ans d'interdiction de toute fonction publique et dix ans d'interdiction de port d'arme.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Alexandre Benalla au tribunal correctionnel de Paris, le 13 septembre 2021. (THOMAS COEX / AFP)

Le procureur a requis jeudi 30 septembre, à l'encontre d'Alexandre Benalla, une peine de 18 mois de prison avec sursis et une interdiction d'exercer toute fonction publique pendant cinq ans, ainsi que ans d'interdiction de port d'arme. Alexandre Benalla, ancien collaborateur du président Macron, est jugé notamment pour les violences du 1er mai 2018, place de la Contrescarpe à Paris.

Pour Vincent Crase, ami de Benalla et ancien employé d'En Marche !, un an de détention avec sursis ont été requis. "C'est un bon camarade pour le meilleur et pour le pire", estime le procureur, qui note que le prévenu "n'a, comme les autres, aucun antécédent judiciaire."

Les deux hommes se sont comportés en perturbateurs occasionnels du maintien de l'ordre, ils ne devaient pas agir à la place des policiers, a estimé le procureur. Alexandre Benalla s'est brûlé les ailes, il a repoussé les limites de ce qui était autorisé, il se pensait intouchable en raison de son poste à l'Elysée, a-t-il ajouté.

Alexandre Benalla encourt jusqu'à 7 ans de prison pour les délits pour lesquels il est jugé. Le procureur a requis 18 mois de prison avec sursis et a demandé de prendre en compte le parcours et la personnalité d'Alexandre Benalla. Le procureur souhaite une condamnation "pour que l'affaire s'efface devant un jugement, celui d'un homme âgé de 26 ans au moment des faits, et qui a répondu devant ses juges"

L'audience est suspendue jusqu'au vendredi 1er octobre, 13h30. La parole sera alors donnée à la défense. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Procès Alexandre Benalla

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.