Affaire Benalla : tempête à l'Assemblée

La séance du vendredi 20 juillet à l'Assemblée nationale a été perturbée par l'opposition qui a ralenti l'ordre du jour en demandant au Premier ministre de réagir au sujet de l'affaire Benalla.

FRANCE 3

Malmenés, les députés de La République en Marche tentent de reprendre la main sur la séance, en vain. L'opposition refuse de poursuivre l'ordre du jour, vendredi 20 juillet, tant que le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur ne se sont pas exprimés devant l'hémicycle. Elle leur demande de s'expliquer quant à l'affaire Benalla, ce collaborateur de l'Élysée qui, comme ont peut le voir sur une vidéo, a frappé un manifestant le 1er-mai dernier.

Première réaction d'Édouard Philippe

Toute la journée, l'opposition a invoqué le règlement de l'Assemblée pour paralyser le travail parlementaire. Les députés ciblent particulièrement Gérard Collomb, allant parfois jusqu'à réclamer sa démission. Absente à l'Assemblée, Marine Le Pen a réagi pour la première fois via une vidéo très solennelle. Il aura fallu attendre la fin de journée et la fin de l'étape du Tour de France pour qu'Edouard Philippe prenne enfin la parole. Il déclare : "L'opposition me demande de m'exprimer, j'aurais l'occasion de le faire à l'Assemblée mardi prochain ou avant, dès lors qu'on me demandera de m'exprimer dans le cadre des procédures normales".

Alexandre Benalla accompagne Emmanuel Macron lors d\'une ballade à vélo dans les rues du Touquet (Pas-de-Calais), le 17 juin 2017.
Alexandre Benalla accompagne Emmanuel Macron lors d'une ballade à vélo dans les rues du Touquet (Pas-de-Calais), le 17 juin 2017. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)