Affaire Benalla : "On ne se privera pas" de procéder à de nouvelles auditions de "tous les protagonistes", affirme François Grosdidier

Le sénateur LR de Moselle déplore que la commission d'enquête sénatoriale, dont il fait partie, ait décidé de ne pas procéder à de nouvelles auditions en dépit des révélations sur les passeports diplomatiques d'Alexandre Benalla.

Alexandre Benalla le 19 septembre 2018, pendant son audition devant la commission d\'enquête du Sénat à Paris.
Alexandre Benalla le 19 septembre 2018, pendant son audition devant la commission d'enquête du Sénat à Paris. (CHRISTOPHE PETIT TESSON / MAXPPP)

François Grosdidier, sénateur Les Républicains de Moselle, membre de la commission d'enquête sénatoriale sur "l'affaire Benalla" n'exclut pas de nouvelles auditions de "tous les protagonistes". "On ne se privera pas de le faire, mais on le fera si cela nous apparaît nécessaire pour faire jaillir la vérité", a-t-il déclaré mercredi 2 janvier sur franceinfo.

Après les révélations sur l'utilisation de passeports diplomatiques par Alexandre Benalla bien après son éviction de l'Élysée, François Grosdidier a estimé qu'"on ne pouvait pas en rester là. On ne peut pas sortir un rapport qui fasse l'impasse sur des zones d'ombre nouvelles qui sont apparues au cours de ces derniers jours (...) C'est possible que l'on soit obligé d'entendre à nouveau tous les protagonistes de cette affaire", a-t-il ajouté.

"Le mensonge continue"

"Le mensonge continue. On nous dit que monsieur Benalla a rompu toute relation avec l'Élysée, avec les pouvoirs publics en France et qu'il ne peut en aucun cas s'en prévaloir. On s'aperçoit qu'il dispose d'un passeport diplomatique. Il peut toujours se promener dans le monde, avalisé par le sommet du pouvoir en France", a-t-il affirmé.

On a le sentiment qu'on nous a menti de bout en bout dans cette affaireFrançois Grosdidier, sénateur LRà franceinfo

Des précisions sur les conditions d'octroi des passeports diplomatiques

"On nous a présenté au départ une thèse officielle qui était que monsieur Benalla s'occupait de tout à l'Élysée sauf de sécurité. Elle a été démentie par des faits et par bien d'autres déclarations et documents officiels", a-t-il expliqué. Le rapport du Sénat "va établir certainement les invraisemblances dans la thèse officielle pour ne pas dire des contrevérités. Et là, ce qui est terrible c'est que cela continue. On va demander des précisions sur les conditions d'octroi de ce passeport diplomatique et sur sa conservation par monsieur Benalla", a-t-il expliqué.

La commission d'enquête de l'Assemblée nationale a décidé, de son côté, de ne pas procéder à de nouvelles auditions en dépit de ces nouvelles révélations : "L'Assemblée nationale a inventé le nouveau concept de la commission d'enquête qui n'enquête pas", a ironisé François Grosdidier.