Affaire Benalla : le procureur de la République ouvre une enquête concernant les violences à l'égard des policiers

Alexandre Benalla affirme que le couple molesté était "très violent" lors des évènements du 1er mai. Le procureur de la République de Paris s'interroge sur l'absence de procédure judiciaire à leur encontre et a décidé jeudi d'ouvrir une enquête.

FRANCE 2

Le jeune homme et sa compagne sont-ils des victimes ou des manifestants qui voulaient en découdre avec la police ? Sur la vidéo des évènements qui se sont déroulés le 1er mai place de la Contrescarpe à Paris, on les voit distinctement jeter, en direction des forces de l'ordre, différents objets. Pour leurs avocats, c'est une "réaction irréfléchie qu'ils reconnaissent". Mais Alexandre Benalla a, lui, un autre regard sur cette scène. "Jeter des projectiles sur un CRS, c'est violences volontaires, c'est un délit puni d'emprisonnent, c'est très clair dans ma tête", explique-t-il.

Le couple a été interpellé, mais n'a pas été placé en garde à vue

Quelques minutes plus tard, Alexandre Benalla, accompagné de CRS, se dirige à nouveau vers le couple. L'homme et la femme sont ensuite pris en charge par les policiers. Ils ont été interpellés puis relâchés dans la soirée. "S'ils avaient été entendus dans le cadre de leur garde à vue, les policiers qui ont essuyé ces projectiles, qui les ont encerclés et qui les ont frappés, dont Monsieur Benalla, auraient dû être entendus par le service enquêteur et le nom de Monsieur Benalla serait ainsi sorti dans le dossier de la procédure", estime Me Sahand Saber, l'avocat du couple molesté. Le procureur de la République, François Molins, a donc décidé, ce jeudi, d'ouvrir une enquête concernant les violences à l'égard des policiers.

Le JT
Les autres sujets du JT
(TAHA BOUHAFS / TAHA BOUHAFS)