Affaire Benalla : l'ex-collaborateur de l'Élysée sort du silence

Pour la première fois depuis le début de l'affaire, Alexandre Benalla a décidé de livrer sa version des faits dans un entretien au Monde. 

FRANCE 3

Alexandre Benalla a décidé de livrer sa version des faits près d'une semaine après les révélations du Monde à l'occasion d'un entretien accordé à ce même quotidien ce jeudi 26 juillet. Alexandre Benalla le reconnaît d'emblée : il a "fait une grosse bêtise". Puis, il revient sur son intervention du 1er mai et se justifie. L'homme et la femme étaient très agités, ils jetaient des bouteilles sur les CRS. Alexandre Benalla s'est alors dit qu'il fallait donner un coup de main aux forces de l'ordre. Il s'est ensuite rendu à la préfecture de police, dans la salle de commandement.

Un coup monté

Là, il a vu Gérard Collomb, à l'attitude surprenante. Le ministre de l'Intérieur nie pourtant le connaître. Au moment de sortir, Gérard Collomb lui aurait serré la main et demandé : "Ça va ? Qu’est-ce que tu fais là ?". Le lendemain, il a été entendu par son supérieur, le chef de cabinet Patrick Strzoda. Il lui a annoncé une sanction, mais selon Alexandre Benalla, ce dernier savait "très bien qu'il n'y [avait] pas de délit". Il n'y avait "pas de tabassage comme ont pu le dire certains journalistes. C'est un citoyen qui appréhende un délinquant". Pourquoi un tel scandale alors ? Un coup monté selon Alexandre Benalla, qui affirme qu'il y avait "en premier une volonté d'atteindre le président de la République".

Le JT
Les autres sujets du JT
Alexandre Benalla (au centre), s\'en prend à un manifestant, à Paris, lors des manifestations du 1er-Mai.
Alexandre Benalla (au centre), s'en prend à un manifestant, à Paris, lors des manifestations du 1er-Mai. (NAGUIB-MICHEL SIDHOM / AFP)