Cet article date de plus de trois ans.

Affaire Benalla : Emmanuel Macron parlera "quand il le jugera utile", assure le député de la majorité Hugues Renson

Le député LREM reconnait des "dysfonctionnements des services de l'État", et assure que le président de la République s'exprimera "sans aucun doute". 

Article rédigé par
Édité par Thomas Pontillon - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Hugues Renson, député LREM, invité de franceinfo, le 24 juillet 2018.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Alors que les auditions de la commission d'enquête se poursuivent à l'Assemblée et au Sénat, Hugues Renson, député LREM de Paris assure ce mardi 24 juillet sur franceinfo que le chef de l'État parlera "sans aucun doute", mais "quand il le jugera utile".

"Doit-il s'exprimer devant les Français ? Il aura le moment venu à prendre la parole. Mais le moment est-il venu ? Je ne le crois pas", alors même "que nous sommes dans le temps de l'enquête judiciaire, de l'enquête administrative et du travail parlementaire", a poursuivi le vice-président de l'Assemblée nationale. 

Le président de la République n'est pas là pour commenter des faits aussi graves soient-ils, le président de la République sera là pour en tirer les conséquences.

Hugues Renson

à franceinfo

Certains parlementaires réclament qu'Emmanuel Macron viennent s'exprimer devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale. Impossible, selon Hugues Renson : "Je ne crois pas qu'il ait à s'exprimer devant la commission d'enquête, il y a un principe fondamental en France qui est la séparation des pouvoirs. Ce débat pour moi n'a pas lieu d'être", assure-t-il.

La majorité présidentielle "vit une épreuve", et "elle est surtout là pour essayer de faire en sorte que les institutions fonctionnent, que la lumière soit faite", affirme-t-il. "Je ne vous cacherai pas qu'on se serait bien passé de cette histoire, que ce n'est pas complètement en conformité avec la promesse de renouvellement, d'éthique, de probité, de transparence que nous avions eue devant les Français pendant la campagne électorale", a estimé le député LREM, qui promet que "la majorité est pleinement mobilisée pour qu'on puisse s'en sortir au plus vite avec la réalité des faits (...) et que des sanctions adaptées soient prises ainsi qu'une réorganisation des services de l'État".

Il y a eu "des dysfonctionnements" selon Hugues Renson

Le député LREM a admis mardi sur franceinfo qu'il y a eu dans l'affaire Benalla "à l'évidence un certain nombre de dysfonctionnements des services de l'État au bénéfice d'un homme pour asseoir une position".

Il y a eu à la fois des fautes individuelles, celle d'Alexandre Benalla à l'évidence, il y a eu ensuite des erreurs de discernement, des erreurs d'appréciation avec une sanction administrative qui ne me paraissait pas assez adaptée à la gravité des faits

Hugues Renson

à franceinfo

Ces dysfonctionnements ne seront pas sans effet, selon le député LREM. Certains "ont été reconnus par le président de la République lui-même. Il a annoncé qu'il souhaitait réorganiser les services de la présidence de la République pour en tirer les conséquences", a-t-il expliqué.

"Tout est désormais en place pour que la lumière soit faite sur cette affaire", assure le vice-président de l'Assemblée nationale. "C'est toujours difficile de faire face à la tornade politique, mais la presse a joué son rôle, la presse est dans son rôle", a-t-il souligné.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Procès Alexandre Benalla

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.