Vidéo Présidentielle 2022 : "Ça fait trente ans que mon seul engagement c'est l'écologie" martèle Yannick Jadot

Publié
Article rédigé par
Radio France

Yannick Jadot a exclu tout désistement au profit d'une candidature socialiste, comme celle d'Anne Hidalgo s'il venait à être désigné candidat des écologistes à l'issue de leur primaire.

"Ça fait 30 ans que mon seul engagement c'est l'écologie et la justice sociale", a déclaré Yannick Jadot, candidat à la primaire des écologistes, vendredi 10 septembre sur franceinfo. L'eurodéputé a rappelé qu'il a "travaillé avec les paysans au Burkina Faso" et "avec les femmes opprimées au Bangladesh" mais aussi qu'il a "participé à la construction du mouvement altermondialiste". "J'ai dirigé des campagnes de Greenpeace pendant sept ans", a-t-il aussi souligné, pour mieux mettre en valeur sa candidature.

>> Election présidentielle : que proposent les candidats à la primaire écologiste ?

"L'enjeu, c'est que cette primaire soit la plus populaire possible", a assuré Yannick Jadot, à six jours du début du premier tour. "On est toutes et tous concernés", a ajouté celui qui est donné favori du scrutin. Il s'est d'ailleurs affiché serein face au risque de perdre cette primaire, comme d'autres favoris avant lui. "Le charme et l'incertitude de la démocratie, c'est qu'à la fin ce sont les électrices et les électeurs qui votent", a-t-il observé. En 2011, le très médiatique Nicolas Hulot avait perdu la primaire écologiste au profit d'Éva Joly. En 2016, l'ancienne ministre Cécile Duflot n'avait pas passé le premier tour. Au final, c'est Yannick Jadot qui l'avait emporté.

Yannick Jadot a exclu tout désistement au profit d'une candidature socialiste, comme celle d'Anne Hidalgo s'il venait à être désigné candidat des écologistes à l'issue de leur primaire. "Vous ne ferez pas la même chose qu'en 2017, quand vous vous êtes allié à Benoît Hamon ?", lui a-t-on demandé. "Ça, c'est clair", a répondu l'eurodéputé. Deux mois avant le premier tour, Yannick Jadot s'était retiré au profit de l'ancien ministre socialiste, vainqueur de la primaire de la gauche.

"Je respecte les combats et l'histoire du PS" mais "je dis que cette formation politique quand elle gouverne elle montre aussi ses limites", a justifié Yannick Jadot.

"Quand les socialistes ont gouverné, on ne s'est pas réveillés le matin avec la banane en se disant 'wow, on attaque le dérèglement climatique, on attaque l'effondrement de la biodiversité, vive les grandes réformes sociales de ce gouvernement."

Yannick Jadot

à franceinfo

"Tout le monde dit 'il faut se reconstruire sur l'écologie sociale et républicaine'", a poursuivi le candidat à la primaire des écologistes. Pour lui, "il faut donc que ce soit un projet cohérent et qui ne passe pas son temps à godiller entre les lobbys". "Regardez les socialistes qui ont gagné les régionales", a-t-il lancé, "ils sont tellement contents de revenir dans les années 80, quand il n'y avait pas d'écologie ni d'écologistes, que c'est parfois pathétique."

"Moi, ce que je porte, c'est un projet écologiste fort, justement parce que je veux gagner l'élection présidentielle", a affirmé Yannick Jadot, soutenant que les écologistes ont "l'occasion historique de la gagner", de "battre" Emmanuel Macron et "ses renoncements climatiques et sa régression sociale". Leur victoire permettrait aussi, "évidemment, d'éviter Marine Le Pen."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primaire écologiste

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.