Premier tour de la primaire écologiste : "La grande gagnante, c'est l'écologie politique", estime l'eurodéputé EELV David Cormand

Après l'annonce d'un second tour entre Yannick Jadot et Sandrine Rousseau à la primaire écologiste, l'ancien secrétaire national d'Europe Ecologie Les Verts David Cormand salue "des visions complémentaires mais avec des différences", sans dévoiler son choix entre les deux prétendants.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
David Cormand, eurodéputé Europe Écologie-Les Verts, invité du "8h30 franceinfo", jeudi 20 août 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"La grande gagnante de cette primaire de premier tour, c'est l'écologie politique", a estimé dimanche sur franceinfo David Cormand, eurodéputé EELV et ancien secrétaire national du parti de 2016 à 2019, après les résultats du premier tour de la primaire des écologistes qui a qualifié Yannick Jadot et Sandrine Rousseau pour le second tour. Cela s'est joué "dans un mouchoir de poche" entre les différents candidats, constate David Cormand. Les projets portent "des visions de l'écologie qui sont à la fois complémentaires mais avec des différences".

L'eurodéputé vante les "différents affluents à l'écologie politique. Il y a l'écologie politique de gouvernement, l'écologie politique sur les questions sociétales, l'écologie politique sur la question de la décroissance et l'écologie politique de rassemblement de la gauche autour de l'écologie. Tout cela compose un même tableau, mais avec des éclairages qui qui sont un petit peu différent".

"En 2022, on créera la surprise"

Pour David Cormand, "il va y avoir un joli débat de second tour". Mais alors qu'il a soutenu Eric Piolle pour le premier tour de la primaire, il ne compte pas dévoiler son choix pour le second tour. "Ce n'est pas un congrès d'appareil politique. Il n'y a que 20 000 adhérents de partis politiques qui ont participé à ce vote. Il y en a 100 000 qui étaient des gens de la société civile. Cette primaire leur appartient. C'est à eux de choisir. Et moi je serai derrière la personne qui gagnera cette primaire. Et vous verrez qu'en 2022, on créera la surprise."

L'ancien patron des Verts ne compte d'ailleurs pas mettre dos à dos Sandrine Rousseau et Yannick Jadot. "Il ne faut pas enfermer le débat du deuxième tour sur celui qui sera le plus réaliste et celle qui est a plus radicale." Il juge que Sandrine Rousseau "apporte une radicalité". Mais il rappelle que Yannick Jadot "a été militant à Greenpeace depuis trente ans. Je suis au Parlement européen avec lui. S'il n'avait pas été là, on n'aurait pas parlé des traités de libre échange comme on en a parlé il y a déjà dix ans".

"On est tous et toutes porteuses et porteurs de radicalité", martèle David Cormand. "Le féminisme et l'éco féminisme, cela fait 40 ans que les écologistes portent ces combats-là". Et à présent, il se dit fier que "ces combats qui sont portés depuis 50 ans par toutes et par tous, soient dans le débat public." Pour l'eurodéputé, "c'est cet imaginaire politique qui peut transformer la société dans les années qui viennent. Et c'est ça dont on a besoin". David Cormand attend maintenant que "le meilleur ou la meilleure gagne". Mais pour lui, ce qui compte dans cette présidentielle de 2022, "ce sont des nouvelles idées, c'est porter ces nouvelles idées".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primaire écologiste

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.