Elections législatives : à Paris, une Sandrine Rousseau peut en cacher une autre !

Publié Mis à jour
Oeil du 20h
Article rédigé par
France Télévisions

A Paris, dans la 9ème circonscription, parmi les 13 candidats, Sandrine Rousseau affrontera Sandra Rousseau. Une homonymie qui vient semer la zizanie dans cette circonscription parisienne, comme vous le raconte l'Oeil sur la campagne.

Dans ce quartier du 13ème arrondissement de Paris, avec deux Sandrine Rousseau candidates, les électeurs s’avouent un peu perdus. "C’est perturbant”, nous confie un électeur. “On ne va plus savoir pour quelle Sandrine Rousseau voter", regrette une autre électrice. 

A gauche, il y a Sandrine Rousseau, la candidate NUPES, visage connu des militants écologistes et féministes. A droite, une Sandrine Rousseau novice en politique, candidate du mouvement pour la ruralité. Une militante pro-chasse qui depuis le début de la campagne n’a pas mis les pieds dans le 13ème arrondissement de Paris et nous donne rendez-vous en Normandie, à 1h30 de la capitale, où elle vit depuis toujours.  

Cette auxiliaire de puériculture se présente pour la première fois à un scrutin électoral et elle assume de ne pas faire campagne à Paris.

“Je n’ai pas fait campagne, ce n'était pas mon objectif”, avoue Sandrine Rousseau du mouvement de la ruralité. Son objectif dit-elle n’est pas d’être députée mais de jouer sur cette homonymie pour faire parler du mouvement de la ruralité. Si le mouvement l'a investie à Paris, c'est parce qu'elle s'appelle Sandrine Rousseau, elle même le reconnaît : "C'est une stratégie". 

L’autre Sandrine Rousseau, la candidate NUPES dénonce, elle, une tentative de déstabilisation : “Ce sont des techniques utilisées par Poutine, ce sont des techniques qui visent à faire faire des erreurs aux électeurs. Ce n'est pas démocratique". 

Les autres candidats, eux, relativisent cette polémique. “C’est rigolo, c'est un petit trait d’humour. On a parfois besoin d’humour dans une campagne”, s'amuse David Meyer, candidat Reconquête. 

"Elles sont toutes les deux parachutées, aucune des deux n’a un lien avec le 13ème contrairement à moi qui suis élu depuis plus de 13 ans dans l’arrondissement", affirme Jean Baptiste Olivier, candidat LR

“Entre la Sandrine Rousseau très à gauche et l’autre très à droite, qui représente les intérêts des chasseurs, les électeurs sauront faire leur choix”, prédit Laurent Miermont, candidat de la Gauche républicaine et socialiste. 

Dans la 9ème circonscription de Paris, huit autres candidats sont en lice. Quant aux bulletins Sandrine Rousseau, ils seront siglés au nom de leur parti pour éviter toute confusion. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.