Dominique de Villepin se dit opposé à une cohabitation "négative"

"Empêcher la majorité présidentielle d'agir, ça ne peut pas être un programme", a affirmé vendredi l'ancien premier ministre Dominique de Villepin qui s'est déclaré hostile à une nouvelle cohabitation "négative".

Dominique de Villepin
Dominique de Villepin (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

"Empêcher la majorité présidentielle d'agir, ça ne peut pas être un programme", a affirmé vendredi l'ancien premier ministre Dominique de Villepin qui s'est déclaré hostile à une nouvelle cohabitation "négative".

"Je ne crois pas que ce soit l'intérêt de notre pays de s'installer dans une nouvelle cohabitation négative, c'est-à-dire où chacun espionnerait l'autre en l'empêchant d'agir, notre pays a besoin de prendre des décisions lourdes", a affirmé vendredi matin Dominique de Villepin sur BFMTV.

"Il faudrait un nouvel esprit de cohabitation constructive, positive", selon lui. "Ce qui implique que la nouvelle majorité qui se dessinerait définisse un état d'esprit, une proposition pour la France suffisamment inventive, imaginative pour que les décisions soient prises au service de l'intérêt général de notre pays", a ajouté l'ancien premier ministre.

L'UMP doit renoncer à la droitisation

"Empêcher la majorité présidentielle d'agir, ça ne peut pas être un programme", a-t-il dit. "C'est plus difficile de faire des propositions que de pilonner celui qui est en face", a observé M. de Villepin, qui "souhaiterait beaucoup" que l'UMP "renonce à la droitisation qui a été la sienne", a ajouté Dominique de Villepin.

L'ancien premier ministre, qui n'a pu se présenter à la présidentielle, a affirmé qu'il ne serait pas candidat aux législatives et ne "soutiendrait de candidat à travers son mouvement République solidaire".