Cet article date de plus de neuf ans.

Dette record en 2012 pour la France et dérapage du déficit public

Le déficit public de la France n'a été ramené en 2012 que de 5,3% à 4,8% du produit intérieur brut, en dérapage par rapport à l'objectif du gouvernement qui visait 4,5%. Dans le même temps, la dette atteint le niveau record de 90,2% du PIB. En cause, notamment, une croissance économique plus faible que prévue selon le ministère des Finances.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Charles Platiau Reuters)

Une mauvaise nouvelle de plus pour le gouvernement. Après les
statistiques sur la croissance, sur le pouvoir d'achat, sur le moral des
Français
, l'Insee vient de publier les chiffres concernant la dette et le
déficit public pour 2012. Et ils sont moins bons que ce que prévoyait le
gouvernement.

Selon l'Institut nationale de la statistique et des études
économiques, le déficit public de la France n'a été ramené en 2012 que de 5,3%
à 4,8% du PIB. Un dérapage par rapport à ce que voulait le gouvernement qui
avait annoncé un déficit à 4,5% du PIB fin 2012.

L'an dernier, François Hollande
avait annoncé sa volonté de le ramener à 3% du PIB fin 2013. Le gouvernement a
finalement reconnu que cet objectif était intenable en raison d'une croissance
atone. Il espère désormais atteindre cet objectif fin 2014.

Pour expliquer cet écart, Pierre Moscovici – le ministre de l'Économie et des finances – et Bernard Cazeneuve – le ministre du Budget – ont expliqué cet écart "par une révision de la hausse du féficit public, par le budget rectificatif européen, par une dégradation de l'environnement européen". 

Hausse de la dette publique

Par ailleurs, l'Insee a confirmé une hausse de la dette
publique qui s'élevait à 90,2% du PIB fin 2012. Cela représente plus de 1.800
milliards d'euros. C'est à nouveau plus que ce qu'espérait le gouvernement qui
tablait sur une dette à 89.9% du PIB. C'est surtout beaucoup plus qu'en 2011
puisqu'il y a un an, cette dette publique s'élevait à 85,8% du PIB.

Le gouvernement doit dévoiler dans les prochaines semaines dans
le cadre de son programme de stabilité la trajectoire des finances publiques pour
les prochaines années. La Commission européenne ne se montre – pour le moment –
pas très optimiste. Elle prévoit un creusement du déficit public et une
accentuation de la dette d'ici fin 2014 si aucune nouvelle mesure n'est prise.

Des discussions sont en cours en ce moment entre la France et
la Commission afin d'obtenir des délais pour ramener le déficit public à 3% du
PIB.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.