Des économistes comme Piketty, Cohen, Aghion, signent une pétition en faveur de François Hollande

Une trentaine d'économiste -dont les noms sont souvent connus du grand public- signent dans "Le Monde" une pétition en faveur de François Hollande, selon eux "le plus apte à redresser la France", écrivent-ils.

Le Monde du 17 avril (daté 18 avril)
Le Monde du 17 avril (daté 18 avril) (DR)

Une trentaine d'économiste -dont les noms sont souvent connus du grand public- signent dans "Le Monde" une pétition en faveur de François Hollande, selon eux "le plus apte à redresser la France", écrivent-ils.

Philippe Aghion (Harvard), Michel Aglietta (Paris-X Nanterre), Daniel Cohen (Ecole normale supérieure), Elie Cohen (Sciences Po Paris), Jean-Hervé Lorenzi (Paris-Dauphine), Thomas Philippon (New York University) ou Thomas Piketty (EEP et EHESS) ont notamment signé cette pétition d'économistes, publiée par "Le Monde" de mardi (daté 18 avril) en faveur de François Hollande.

"Nous appelons à voter pour François Hollande. Alors que le souvenir de 2007 nous oblige à la plus grande réserve sur les multiples promesses de campagne du candidat sortant, François Hollande a présenté un agenda de réformes qui dessinent à nos yeux la voie souhaitable. La crédibilité, l'ambition et la cohérence sont de son côté", écrivent ces économistes à cinq jours du premier tour.

"L'heure est aux choix. La crise de la zone euro montre que le pire reste possible : une course absurde vers le moins-disant social, des politiques d'austérité qui brisent la croissance, et finalement la tentation du chacun pour soi qui devient la plus forte. Il faut mettre un terme à ces politiques qui dévastent les économies européennes. La crise de la dette ne pourra se régler si la croissance est brisée et le pouvoir d'achat en berne", précisent les signataires.

Tous les signataires ne partagent sans doute pas les mêmes idées économiques, mais ils ont tous choisi d'exprimer leur soutien au candidat socialiste.

Peut-être peut on reconnaître la patte de Thomas Piketty dans cette phrase de la pétition : "la grande réforme fiscale annoncée par François Hollande devra certes être précisée...". Il avait ici même regretté la prudence du candidat Hollande sur la fusion de la CSG et de l'impôt sur le revenu.