Départementales : le vague à l'âme du Front national

Avec environ 25% des suffrages lors du premier tour des départementales ce dimanche soir, le Front national réalise un bon résultat mais loin du score escompté.

(Marine Le Pen le 22 mars à Paris. © Maxppp)

Six candidats élus dès le premier tour sur les 2.054 cantons de ces élections départementales, environ 25% des suffrages. La vague bleu marine s'est échouée à l'entrée des bureaux de vote et le FN n'est pas le premier parti de France. Régulièrement annoncé par de nombreux sondages ces dernières semaines à 30%, voire plus, le Front national est loin du score escompté par sa présidente.

Dimanche soir, Marine Le Pen a pourtant voulu mettre l'accent sur "l'exploit " de sa formation, qui passe "de score historique à score historique " selon elle. Si le parti frontiste n'a effectivement jamais réalisé pareil résultat lors des élections cantonales, maintenant appelées départementales, il reste au même niveau que lors des européennes de mai 2014.

Malgré des scores très hauts dans le Sud, mais aussi dans le Nord, où le parti confirme un ancrage très fort, le raz-de-marée n'a pas eu lieu. Le FN reste loin derrière la droite et la gauche. Ce score de 25% pourrait également empêcher le parti de prendre ses premiers conseils départementaux.

"Le Front national n'a jamais réalisé de score comme celui-là" (Marine Le Pen)
--'--
--'--
La gauche et Manuel Valls ont dimanche soir la cible des principales attaques de Marine Le Pen et des cadres du Front national. La présidente du FN a appelé le Premier ministre à "écouter le message des urnes et avoir la décence de remettre sa démission au président de la République, compte tenu des résultats du PS ".

Freiné dans son élan

"On est vraiment très heureux d’autant plus que l’on constate que le PS, qui a mené campagne vociférante par l’intermédiaire de Manuel Valls, est aujourd’hui en mauvaise posture ", s'est lui rassuré Gilbert Collart, député du Gard et secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine. Une allusion aux appels répétés de Manuel Valls à la mobilisation contre le FN avant ce premier tour, des appels qui ont semble-t-il porté leurs fruits avec un taux de participation en hausse par rapport à 2011.

CARTE INTERACTIVE :  découvrez les résultats du 1er tour des départementales dans votre canton

"Même si Marine Le Pen est plus populaire que son père, le FN est encore jugé comme étant inapte à gouverner le pays ", estime Jean-Yves Camus, chercheur à l'IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques) et spécialiste de l'extrême droite. Reste que le Front national, bien que freiné dans son élan, s'inscrit désormais dans le paysage politique français. Et qu'à l'issue du second tour des élections départementales dimanche prochain, plusieurs candidats devraient entrer dans les nouveaux conseils départementaux et rejoindre les six élus dès le premier tour.