Cet article date de plus de trois ans.

Démission de Bruno Julliard : "Nous étions devenus sans doute un peu trop à gauche pour lui", lance Ian Brossat

L'adjoint au Logement à la mairie de Paris, Ian Brossat, a réagi lundi à la démission du premier adjoint d'Anne Hidalgo, Bruno Julliard, et à ses critiques sur la gouvernance de la maire de la capitale.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Bruno Julliard (à g.), Anne Hidalgo et Ian Brossat, lors de l'investiture de la nouvelle maire de Paris, le 5 avril 2014. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

La démission du premier adjoint d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris "est la suite d'un certain nombre de désaccords et de divergences exprimées par Bruno Julliard qui manifestement n'était pas d'accord avec la ligne politique de la maire de Paris", a commenté lundi 17 septembre sur franceinfo l'adjoint au Logement à la mairie de Paris, Ian Brossat.

Dans un entretien au journal Le Monde, Bruno Julliard critique vivement la gouvernance d'Anne Hidalgo pour justifier sa décision. L'équipe municipale était "devenue sans doute un peu trop à gauche" pour lui, a réagi Ian Brossat, rappelant que "c'est ce qu'il dit dans une interview ce lundi". Dans cet entretien accordé au quotidien, "la principale mesure qu'il (Bruno Julliard) dénonce, c'est la gratuité des transports en commun pour les seniors. Il s'agit d'une décision qui a été prise par la maire de Paris sur proposition notamment des élus communistes. Moi je suis plutôt fier d'appartenir à une majorité municipale qui, dans une période difficile pour les retraités, décide d'attribuer la gratuité des transports en commun pour les personnes âgées", a poursuivi l'adjoint au Logement.

Dire qu'il y aurait une forme d'inconstance de notre équipe municipale me parait être un contresens absolu

Ian Brossat

à franceinfo

Bruno Julliard concentre ses critiques sur "l'inconstance" d'Anne Hidalgo et ses méthodes de gouvernance. Ian Brossat affirme, lui, n'avoir "jamais constaté cela", rappelant qu'il est adjoint à la maire de Paris depuis quatre ans. Au contraire, dit-il. "Quand on regarde les grands dossiers, je note plutôt une capacité de tenir la barre de la part de notre équipe municipale. Quand nous avons décidé de piétonniser les voies sur berge, quand nous avons décidé de mettre en place un centre d'hébergement dans le 16e, ce que je note au contraire, c'est que malgré les oppositions nous avons tenu", a-t-il assuré.

Ian Brossat a aussi du mal à comprendre les critiques de Bruno Julliard sur la gestion du dossier Vélib : "Jamais Bruno Julliard à l'époque n'avait exprimé la moindre réserve à l'égard du choix qui a été fait. Je trouve un peu curieux maintenant d'exprimer des réserves qu'il n'a pas exprimées à l'époque", a-t-il souligné.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.