Enseignement de l'arabe à l'école : Nicolas Dupont-Aignan accuse Jean-Michel Blanquer de "démagogie"

Le député de l'Essonne et président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan était l'invité du grand entretien de France Inter mardi 11 septembre.

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France et député de l'Essonne, a accusé, mardi 11 septembre sur France inter, Jean-Michel Blanquer de "démagogie" après que le ministre de l'Éducation s'est dit favorable au développement de l'enseignement de l'arabe à l'école, souhaitant redonner du "prestige" à cette langue, dans le but de lutter contre le fondamentalisme islamiste.

Cette idée correspond à l'une des préconisations d'un rapport sur cette question publié par l’Institut Montaigne. Dans ce rapport, l’auteur, Hakim El Karoui, souligne que "le nombre d’élèves qui apprennent l’arabe au collège et au lycée a été divisé par deux" et qu'il "a été multiplié par dix dans les mosquées".

"Islamisation" et "arabisation"

Nicolas Dupont-Aignan a estimé, lui, que cet enseignement de l'arabe se ferait au détriment de la langue française. "Je trouve ça très malsain", a déclaré Nicolas Dupont-Aignan au micro de France inter. Pour lui, cet enseignement d'une langue vivante, qualifiée de "très grande langue littéraire" par Jean-Michel Blanquer, serait synonyme d'"islamisation de la France" et d'"arabisation".

Nicolas Dupont-Aignan sur France Inter, le 11 septembre 2018.
Nicolas Dupont-Aignan sur France Inter, le 11 septembre 2018. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)