Déchéance de nationalité : François Hollande affaibli ?

En plateau, Nathalie Saint-Cricq revient sur l'annonce de François Hollande de renoncer à la réforme constitutionnelle.

France 2

François Hollande a annoncé ce mercredi 30 mars renoncer à la réforme de la Constitution qui incluait la déchéance de nationalité. Un revers pour le chef de l'État. "C'est hier matin que François Hollande a pris sa décision la mort dans l'âme. Il avait pourtant cru presque jusqu'au bout avoir trouvé un compromis. Même si depuis plusieurs jours, Manuel Valls lui conseillait d'en finir au plus vite", explique Nathalie Saint-Cricq en plateau.

Un revers cuisant

Cette marche arrière est plus qu'"un coup politique raté". "C'est plus qu'un échec tactique, c'est un très sérieux revers qui l'affaiblit lui et la fonction", assure la journaliste de France 2. Un fiasco qui laissera des traces selon elle. "Ce matin après son allocution, les journalistes lui ont trouvé le visage fermé. Il faut dire que la situation était très pénible pour lui", note Nathalie Saint-Cricq avant d'ajouter : "Dans son entourage et au gouvernement, il y a comme un coup de dépression. Entre les mauvais sondages qui se suivent et se ressemblent, la loi El Khomri bousculée, la déchéance enterrée, il se murmure qu'après un hiver meurtrier, il aura besoin de sa fameuse chance pour pouvoir espérer reprendre la main".

Le JT
Les autres sujets du JT
François Hollande et Manuel Valls à l\'Elysée, le 10 février 2016.
François Hollande et Manuel Valls à l'Elysée, le 10 février 2016. (NIVIERE / SIPA)