Cet article date de plus de dix ans.

Critiques contre Hollande et Aubry: Royal minimise ses propos

La candidate à la primaire PS a affirmé jeudi soir qu'elle n'avait "donné aucune interview au Figaro" et accusé le quotidien d'avoir publié "des phrases sorties de leur contexte"
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ségolène Royal à Cerizay (Deux-Sévres) le 2 septembre 2011 (AFP - ALAIN JOCARD)

La candidate à la primaire PS a affirmé jeudi soir qu'elle n'avait "donné aucune interview au Figaro" et accusé le quotidien d'avoir publié "des phrases sorties de leur contexte"

Le Figaro a publié jeudi matin des déclarations de la présidente de Poitou-Charente très critiques contre deux de ses adversaires, Martine Aubry et François Hollande.

"Le point faible de François Hollande, c'est l'inaction", déclare ainsi la présidente de Poitou-Charentes à propos de son ex-compagnon. "Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu'il aurait réalisée en 30 ans de vie politique ? Une seule ?" Quant à la maire de Lille, "sa seule expérience électorale, c'est une législative perdue en 2002. Passer de rien à une campagne présidentielle, ce n'est pas facile", lance la candidate des socialistes lors du scrutin de 2007. Ces propos ont provoqué de vives réactions au sein du PS.

"Je n'ai donné aucune interview au Figaro et donc je suis très étonnée (...) qu'on fasse des extraits d'un journal avec lequel j'ai pu parler de façon informelle en disant des choses très positives sur les socialistes. Quand on m'interroge sur nos qualités et sur nos défauts, j'ai répondu de façon franche et les phrases ont été sorties de leur contexte", a déclaré Ségolène Royal. "Quand on ressort d'un entretien informel des phrases sorties de leur contexte, surtout dans le Figaro, c'est le jeu", a-t-elle dit. "Ils essaient de dresser les socialistes les uns contre les autres, mais ils n'y parviendront pas", a-t-elle ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.