Affaire Bruno Le Roux : les réactions politiques se multiplient

Bruno Le Roux aurait employé ses filles en tant qu'assistantes parlementaires pour un montant de 55 000 euros. Une nouvelle affaire qui n'a pas manqué de faire réagir les différents camps politiques. 

FRANCE 2

Bruno Retailleau (LR) a refusé de commenter l'affaire, assurant que son camp avait "trop souffert" lors de l'affaire Fillon et qu'il fallait "parler du fond" avant tout. Pour Florian Philippot (FN), "c'est très gênant s'il y avait vraiment une gamine de 15/16 ans qui avait un contrat d'assistante parlementaire sans qu'on puisse vraiment le prouver... Il y a une suspicion d'enrichissement personnel, donc il doit s'expliquer, il est ministre".

"Savoir si le travail a été effectué" 

Pour Nicolas Dupont-Aignan, candidat à la présidentielle, le ministre doit quitter le gouvernement "si ses filles n'ont pas travaillé et s'il est prouvé que c'était des emplois fictifs. Mais je ne vois pas comment on peut faire travailler des enfants mineurs". Pour Jean-Christophe Cambadélis, "le problème est de savoir si le travail a été effectué. Si ce n'est pas le cas, c'est un vrai problème moral, éthique et politique".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de l\'Intérieur Bruno Le Roux le 20 mars 2017.
Le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux le 20 mars 2017. (TIZIANA FABI / AFP)