Cet article date de plus de sept ans.

Corse : Cazeneuve à la rencontre des pompiers et des habitants de l'Empereur

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, est à Ajaccio ce mercredi pour s'entretenir avec les pompiers et les habitants du quartier des Jardins de l'Empereur, six jours après des violences suivies de manifestations xénophobes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, est en visite en Corse © SIPA / WITT)

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, est en déplacement mercredi à Ajaccio en Corse. Cette visite intervient six jours après l'agression de plusieurs pompiers qui a déclenché des manifestations et le saccage d'une salle de prière musulmane dans le quartier populaire des Jardins de l'Empereur.

A LIRE AUSSI ►►► Violences à Ajaccio : l'incompréhension des responsables locaux

Hommage aux pompiers

Le ministre de l'Intérieur s'est rendu mercredi matin à la caserne des sapeurs-pompiers d'Ajaccio, afin de rencontrer l'équipe de secours prise à partie le 24 décembre.

Les pompiers d'Ajaccio ont lancé mardi un message d'apaisement, rappelant qu'ils interviennent partout et pour tous, sans distinction d'origine. Ils ont aussi précisé qu'ils continueraient à assurer leurs missions sans escorte policière.

Le ministre de l'Intérieur a ensuite détaillé le sens de son déplacement en Corse.

"Je me suis rendu à Ajaccio pour rencontrer des forces de sécurité et des pompiers victimes dans ce quartier de violences absolument inacceptables et qui doivent être condamnées avec la plus grande fermeté"

Le ministre de l’Intérieur explique le sens de sa visite à Ajaccio, après des violences "inacceptables" : un reportage de Marie-Pierre Verot
écouter

Visite aux Jardins de l'Empereur

Bernard Cazeneuve s'est ensuite rendu dans le quartier, théâtre des violences, pour une réunion avec des habitants.

Deux des habitantes de la résidence des Jardins de l'Empereur ont témoigné sur les faits de la semaine dernière. Fatima et Riquia tiennent à préciser qu'elles sont résidentes d'une copropriété et non pas d'une cité. Toutes les deux dénoncent autant les agressions des pompiers et du policier que les violences qui ont eu lieu depuis dans leur quartier. "Ce n'est pas un ghetto" disent-t-elles.

Fatima et Riquia, des habitantes de la résidence des Jardins de l'Empereur au micro de Marie-Pierre Verot
écouter
Le ministre a aussi rencontré les représentants de la communauté musulmane de Corse, victime des amalgames et réactions violentes de certains manifestants. Face à Bernard Cazeneuve, la classe politique s'est montrée unanime en condamnant ces propos.

  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.