Cet article date de plus de dix ans.

Clôture de l'université d'été du PS : les réactions des candidats à la primaire

Les six prétendants à l'investiture socialiste pour la présidentielle de 2012 livrent leur analyse de ce week-end passé à faire campagne auprès des militants. La Rochelle était leur dernier grand rendez-vous avant la primaire.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les six candidats à la primaire réunis à La Rochelle. Une première depuis le début de l'université d'été du PS (AFP)

Les six prétendants à l'investiture socialiste pour la présidentielle de 2012 livrent leur analyse de ce week-end passé à faire campagne auprès des militants. La Rochelle était leur dernier grand rendez-vous avant la primaire.

Martine Aubry : "La compétition n'a jamais tué l'amitié et la fraternité (...) Moi, j'aime bien le combat collectif, je suis heureuse de voir aujourd'hui les socialistes unis, rassemblés autour du même projet, parlant aux
Français, portant avec les autres partenaires de gauche et avec les Européens un projet de progrès (...) et de nous retrouver tous avec ce message : nous préparons la France du changement et du progrès".

Jean-Michel Baylet (président du Parti radical de gauche, seul candidat non socialiste) : "Nous avons le même objectif. Nous sommes de gauche. On veut le changement. Nous discutons, et vous verrez que nous aurons un bon accord électoral sur les législatives et cela nous permettra d'avoir un groupe indépendant à l'Assemblée nationale".

François Hollande : "C'est bien que l'Université se termine ainsi. Vous avez vu le climat! Les militants avaient tous leurs préférences", mais "personne n'a crié ou manifesté" en faveur de l'un ou de l'autre. "C'est ça
qu'il fallait faire (...) S'il y avait eu une espèce de compétition, de surenchère dans les drapeaux, dans les hourras, les encouragements à l'un ou à l'autre ça aurait été perdu". La primaire, c'est "une compétition démocratique" que "nous avons voulue, organisée" mais "en même temps nous avons conscience que si nous ne sommes pas unis dès à présent et après le 9 ou le 16 octobre, il n'y a pas de victoire possible".

Arnaud Montebourg : Cette Université d'été, c'était "à la fois le début des débats d'orientation" avant la primaire, mais "aussi un processus de rassemblement qui est en marche : dans 5-6 semaines nous serons tous unis. Je vous invite à vous méfier et à ne pas vous laisser prendre par la mise en scène des sondages qui sont scientifiquement erronés".

Ségolène Royal : Après la primaire, "les socialistes seront rassemblés, vous pouvez compter sur moi. Je fais confiance aux Français, ils vont regarder et choisir (leur candidat, ndlr) en toute liberté".

Manuel Valls : "Ca a été une Université d'été positive. Il était important que les socialistes montrent leur unité, leur détermination à tourner la page de Nicolas Sarkozy. La photo de famille sera celle qu'on retrouvera au lendemain du 16 octobre. Elle est symbolique de ce que doit être la primaire, le rassemblement et la diversité. La seule différence, c'est qu'il y aura le candidat parmi nous".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.