Un virement de 25 000 euros en provenance de Jordanie encaissé par Guéant

Cette découverte a été faite à la suite d'une perquisition chez l'ancien ministre de l'Intérieur.

Claude Guéant lors d\'une convention de l\'UMP, à Paris, le 4 avril 2013. 
Claude Guéant lors d'une convention de l'UMP, à Paris, le 4 avril 2013.  (MAXPPP)

Les révélations dans l'affaire Guéant se multiplient. Déjà soupçonné d'avoir touché un versement inexpliqué de plus de 500 000 euros depuis la Malaisie, l'ancien ministre de l'Intérieur a également encaissé un virement suspect de 25 000 euros en provenance de Jordanie, révèle L'Express mardi 14 mai. Une information confirmée par une source proche du dossier à l'Agence France-Presse. Contacté, l'ancien ministre de l'Intérieur s'est refusé à tout commentaire.

Les enquêteurs ont fait cette découverte à la suite de la perquisition menée le 27 février au domicile et au bureau de Claude Guéant.

Le financement de la campagne de Sarkozy en ligne de mire

Cette nouvelle révélation intervient sur fond de soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. "Je continue à contester de façon catégorique qu'il y ait eu des financements libyens de campagne ou de personne, avait répété Claude Guéant le 30 avril. Jamais je n'ai vu l'argent libyen circuler, ni pour la campagne ni pour quiconque, et je n'en ai même jamais entendu parler, cela doit être clair."

Par ailleurs, selon L'Express, deux notes à en-tête du ministère de l'Intérieur ont été découvertes lors des perquisitions menées ce jour-là évoquant des relations régulières entre Claude Guéant et plusieurs personnes connues du régime libyen: les hommes d'affaires Ziad Takieddine et Alexandre Djouhri ainsi que l'avocat Robert Bourgi. Un téléphone portable a également été saisi.