Cet article date de plus de dix ans.

Claude Guéant renforce la sécurité des installations nucléaires

Le ministre de l'Intérieur, en visite à la centrale nucléaire de Chinon, a annoncé une série de mesures pour améliorer la sécurité sur ces sites. Il y a un mois, des militants de Greenpeace avaient réussi à pénétrer dans deux centrales nucléaires, pourtant surveillées.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Radio France)

Claude Guéant a visité la centrale nucléaire de Chinon avec le PDG d'EDF, Henri Proglio. Il s'est fait présenter les
nouveaux équipements de la gendarmerie prévus pour renforcer la sécurité des
centrales.

Parmi les mesures annoncées, le ministre propose notamment de faire davantage appel à des brigades cynophiles. Les pelotons spécialisés
de protection de la gendarmerie (PSPG), unités qui assurent depuis 2009 la
sécurité des centrales doivent être renforcés. "L'objectif est de faire en
sorte que la sécurité des installations contre les risques terroristes soit
durcie afin que la sûreté des centrales soit elle-même garantie dans des
conditions d'efficacité optimale"
, a déclaré Claude Guéant.

Un renforcement du "système de protection passive" est également prévu. Autrement dit ajouter des clôtures, tailler la végétation pour ne pas gêner la visibilité ou encore installer des alarmes sonores. Il encourage également la mise en place de caméras de surveillance. Claude Guéant envisage aussi changer le statut légal des centrales nuclaires. Les condamnations après toute intrusion seraient donc alourdies.

Les prix de l'électricité "sont régulés et vont le rester jusqu'en 2015"

Au total, le plan devrait coûter plusieurs centaines de millions d'euros. De son côté EDF devrait débourser 10 milliards d'euros pour renforcer la sûreté de son parc nucléaire. Une somme qui devrait être répercutée sur le tarif de l'électricité mais l'augmentation sera "progressive et maîtrisée par les autorités, puisque pour l'instant ces prix sont régulés et vont le rester jusqu'en 2015 ", a assuré Henri Proglio.

Le 5 décembre dernier, plusieurs militants de Greenpeace avaient assez facilement réussi à s'introduire sur des sites protégés. Ils étaient entrés dans les centrales de Cruas (Ardèche) et Nogent-sur-Seine (Aube). L'opération consistait justement à révéler les failles de sécurité sur des sites dangereux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.