Cet article date de plus de dix ans.

Claude Guéant est "au mieux une petite frappe" mais "pas un nazi", selon Noël Mamère

Claude Guéant est "le ventriloque" de Nicolas Sarkozy et est "au mieux une petite frappe" mais "pas un nazi", a estimé le député Vert Noël Mamère dans un entretien diffusé samedi sur Sciences Po TV, télévision des élèves de Sciences Po Paris.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Noël Mamère avec Cécile Duflot (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)

Claude Guéant est "le ventriloque" de Nicolas Sarkozy et est "au mieux une petite frappe" mais "pas un nazi", a estimé le député Vert Noël Mamère dans un entretien diffusé samedi sur Sciences Po TV, télévision des élèves de Sciences Po Paris.

Interrogé sur les propos de M. Guéant sur les civilisations, Noël Mamère a répondu: "Je trouve ça tellement obscène politiquement. Ces gens-là ne sont pas des ignorants, ce sont donc des gens malhonnêtes."

"Je propose à M. Guéant -qui n'est en fait que le ventriloque de M. Sarkozy- de vider du Louvre et de tous nos musées tout ce qui appartient à ces sous-civilisations. On n'a qu'à renvoyer toutes les statues d'Egypte, qui pratiquait l'esclavage", a ironisé l'élu Vert.

"Ces gens sont des petites crapules, ce sont des petites crapuleries politiciennes", a encore considéré le député-maire de Bègles (Gironde), pour lequel "sombrer dans un contre-sens historique, anthropologique, biologique n'a qu'un seul but: aller draguer et braconner sur les terres du Front national".

Affirmant que "toutes les civilisations, comme les deux faces de Janus, ont des bons côtés comme des côtés sombres", M. Mamère a déclaré que le député apparenté PS Serge Letchimy a eu "raison" et "n'a fait qu'un constat objectif" sur la civilisation occidentale à l'Assemblée où il a provoqué un violent incident de séance en évoquant les camps de concentration et le régime nazi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.