Cet article date de plus de huit ans.

Christine Boutin démissionne de la présidence du Parti chrétien démocrate

L'ancienne ministre présidait le PCD depuis sa création en juin 2009.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancienne ministre du Logement, Christine Boutin, le 22 janvier 2012, à Paris. (MAXPPP)

Christine Boutin a annoncé, mercredi 10 juillet, sur son compte Twitter avoir démissionné, la veille, de la présidence du Parti chrétien démocrate (PCD). L'ancienne ministre du Logement (2007-2009) présidait le PCD depuis sa création en juin 2009. Cette démission intervient alors qu'elle doit tenir jeudi, à Paris, une conférence de presse avec Béatrice Bourges, porte-parole du Printemps français (mouvement d'opposants au mariage des couples de même sexe plus radical que la Manif pour tous), et Jean-Claude Martinez, ancien vice-président du Front national.

En lice pour les élections européennes

Le site du quotidien gratuit 20 minutes affirme que Christine Boutin rejoint le Printemps français qui va présenter "des listes dans chacune des grandes régions françaises aux élections européennes" de juin 2014.Une information confirmée par un membre du PCD. "Christine Boutin se met en congé du parti pour partir sur un projet européen assez vaste autour de la défense de la famille et des valeurs morales. Elle a décidé de ne pas y mêler le PCD car c'est un peu trop 'monothématique'", a-t-il déclaré.

Une décision visiblement respectée par le PCD dont le bureau politique a tenu, mercredi soir, "à saluer le courage et la détermination sans faille". Mais une initiative qui fâche un cadre du parti : "Christine est persuadée d'incarner quelque chose dans le paysage politique, elle a envie d'avoir une aventure, a-t-il déclaré à 20 minutes. Et de regretter le choix des alliances de Christine Boutin : "Béatrice Bourges et Jean-Claude Martinez, ce ne sont quand même pas les moins radicaux."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.