Taubira, Sarkozy, Le Pen... quand les politiques ont du mal avec "La Marseillaise"

La ministre de la Justice a gardé le silence lors d'une cérémonie officielle. Avant elles, certains ont confessé ne pas connaître les paroles de l'hymne. D'autres ont choisi de l'entonner, malgré les fausses notes.

La ministre de la Justice Christiane Taubira assiste à une cérémonie de commémoration de l\'abolition de l\'esclavage à Paris, le 10 mai 2014.
La ministre de la Justice Christiane Taubira assiste à une cérémonie de commémoration de l'abolition de l'esclavage à Paris, le 10 mai 2014. (NICOLAS MESSYASZ / SIPA)

Elle se refuse à participer "au karaoké d'estrade". Christiane Taubira est sous le feu des critiques de la droite et du FN après avoir gardé le silence, samedi 10 mai, lorsque La Marseillaise retentissait durant une cérémonie officielle.

La ministre de la Justice s'est depuis défendue. Elle n'est pourtant pas la seule politique à avoir du mal avec l'hymne national.

Taubira, Hamon, Sarkozy... ceux qui restent silencieux

Christiane Taubira a gardé le silence à deux reprises samedi. Au jardin du Luxembourg puis dans le 17e arrondissement, la garde des Sceaux n'a pas entonné La Marseillaise durant deux cérémonies pour la commémoration de l'abolition de l'esclavage.



Face à la polémique, la ministre a réagi dans un long texte enflammé sur Facebook. "Certaines circonstances appellent davantage au recueillement qu'au karaoké d'estrade, écrit-elle. Quand, à la note exacte, au-dessus de l'orchestre, la voix de la soliste se détache, j'écoute. Et j'écoute jusqu'au bout."

Mais Christiane Taubira n'est pas la seule à faire silence lorsque l'hymne national retentit. Son collègue Benoît Hamon a confessé sur BFMTV n'avoir pas non plus chanté samedi au jardin du Luxembourg. Il arrive aussi à Nicolas Sarkozy de ne pas reprendre à plein poumon La Marseillaise, comme le remarquait Le Post en juin 2009.

A l'époque, le président de la République était resté silencieux durant l'hymne français, diffusé lors d'une cérémonie pour le 65e anniversaire du Débarquement en Normandie. Contrairement aux autres personnalités invitées ce jour-là : Barack Obama pour les Etats-Unis, Gordon Brown pour le Royaume-Uni et Stephen Harper pour le Canada. Tous avaient chanté leur hymne respectif, précisait à l'époque Le Post.

Marine Le Pen, celle qui ne connaît pas toutes les paroles

Impossible d'être ministre et de ne pas chanter La Marseillaise : c'est la position défendue par Marine Le Pen, qui a réclamé dès dimanche, le "limogeage" de Christiane Taubira après son silence.

Pourtant, en 2011, la présidente du Front national avait concédé, sur BFMTV, ne pas connaître l'intégralité de l'hymne. "Très franchement non, avait-elle répondu. Elle n'est pas très facile, faut être honnête." La leader frontiste assurait être "extrêmement malheureuse" de ne pas avoir appris La Marseillaise à l'école. Elle avait tout de même entonné le tout début de l'hymne face à son intervieweur.

Giscard, celui qui chante (faux)

Parfois, ne vaut-il pas mieux se taire ? C'est ce que préconise Rue 89 : le site a déniché dans les archives de l'INA une vidéo qu'il considère comme "un vrai manifeste pour que les politiques et les sportifs qui n’aiment pas chanter ou qui chantent terriblement mal restent silencieux".

En visite officielle à Verdun-sur-le-Doubs (Saône-et-Loire) en janvier 1978, le président de l'époque Valéry Giscard d'Estaing s'était époumoné sur La Marseillaise. Avec peu de justesse. "On ne voit pas comment on peut préférer ça au silence", conclut Rue 89.