Cet article date de plus de dix ans.

Chevènement se donne jusqu'au 21 décembre

Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), se donne jusqu'au 21 décembre, pour officialiser sa candidature à l'élection présidentielle.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Pierre Chevènement le 22 août 2010, à Frangy-en-Bresse (AFP PHOTO / JEFF PACHOUD)

Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), se donne jusqu'au 21 décembre, pour officialiser sa candidature à l'élection présidentielle.

J'ai dit (en juin) que j'officialiserai ma candidature à l'automne", ce qui veut dire "au plus tôt le 21 septembre, au plus tard le 21 décembre", a précisé, dimanche, M. Chevènement devant environ 200 militants réunis à Carros (Alpes-Maritimes) pour leur université d'été. "Je me donne une marge d'appréciation. Je sais par expérience qu'une campagne présidentielle ça dure très longtemps, c'est très difficile. La France est une grande circonscription", a-t-il dit.

En attendant, le sénateur de Belfort entend jouer le pédagogue et faire "bouger les lignes" du parti socialiste, qu'il n'épargne pas après une université d'été à La Rochelle où "il ne s'est rien passé". "J'appréhende une déception possible de l'électorat dans l'hypothèse où le candidat de gauche l'emporterait, ce qui devrait arriver", a-t-il dit. "Les gens n'ont pas compris la dramatique situation qui est la nôtre et ils n'ont pas compris ce qu'il faut faire pour s'en sortir. Il faudra beaucoup decourage, beaucoup de fermeté", a estimé M. Chevènement.

Le président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC) a consacré l'essentiel de son discours de clôture à son thème de prédilection, l'architecture erronée de la zone euro, tout en fustigeant au passage "la déréglementation des marchés financiers" ou "la dictature de l'actionnariat sur les Etats".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.