Cet article date de plus de dix ans.

Candidate démocrate chrétienne, Christine Boutin abandonne la course et rallie Nicolas Sarkozy

Lundi 13 février, Christine Boutin a annoncé sur TF1 qu'elle se ralliait à Nicolas Sarkozy. Elle met donc fin à sa campagne, commencée le 22 juin 2011. L'ancienne ministre du logement peinait à obtenir les 500 signatures.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Christine Boutin (PHILIPPE MERLE / AFP)

Lundi 13 février, Christine Boutin a annoncé sur TF1 qu'elle se ralliait à Nicolas Sarkozy. Elle met donc fin à sa campagne, commencée le 22 juin 2011. L'ancienne ministre du logement peinait à obtenir les 500 signatures.

Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate, a annoncé lundi soir sur TF1 qu'elle abandonnait sa candidature à la présidentielle et se ralliait à celle, à venir, de Nicolas Sarkozy.

"Nicolas Sarkozy rejoint les valeurs que je porte depuis plus de trente ans dans la vie politique française. J'ai décidé avec mon Parti chrétien-démocrate de faire alliance avec le président de la République, candidat sans doute cette semaine".

Mme Boutin a expliqué son ralliement à Nicolas Sarkozy par les prises de position récentes de ce dernier dans le Figaro Magazine, "où il conforte le mariage, en disant +non au mariage homosexuel+, où il conforte la vie, en disant +non à l'euthanasie+, où il fait la distinction entre éducation et instruction, où il lève le tabou de l'immigration (...)".

Il y aura donc 100 candidats du Parti chrétien-démocrate aux législatives

"Je veux être avec lui pour faire gagner la France", a-t-elle déclaré.

"Nicolas Sarkozy est d'accord pour que le Parti chrétien-démocrate ait une place dans la vie politique française et il y aura donc 100 candidats portant les couleurs du Parti chrétien-démocrate aux prochaines législatives", a-t-elle encore annoncé.

Mme Boutin a encore indiqué qu'elle allait demander aux maires qui lui ont accordé leur parrainage - "il y en a maintenant plus de 300", a-t-elle dit- de "parrainer quelqu'un". "Je ne dis pas qui (...) Ils feront leur choix ce n'est pas à moi de leur dire".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.