"Candidat de la jeunesse", Maxime Verner, 22 ans, appelle Marine Le Pen à débattre avec lui

Après avoir lancé un front anti-Marine Le Pen le mois dernier, Maxime Verner, "porte-voix de la jeunesse" comme il se définit, a appelé la candidate du FN, jeudi 24 novembre depuis une salle de l’Assemblée nationale, à débattre avec lui. Portrait.

Maxime Verner à l\'Assemblée nationale en novembre 2011
Maxime Verner à l'Assemblée nationale en novembre 2011 (ST)

Après avoir lancé un front anti-Marine Le Pen le mois dernier, Maxime Verner, "porte-voix de la jeunesse" comme il se définit, a appelé la candidate du FN, jeudi 24 novembre depuis une salle de l'Assemblée nationale, à débattre avec lui. Portrait.

Il a le phrasé rapide et maîtrise l'art oratoire avec l'aisance du fringant étudiant en communication. Maxime Verner, qui se dit volontier candidat de la jeunesse, a présenté jeudi depuis une salle de l'Assemblée nationale, un rapport "pour une politique publique de la jeunesse". Au cours de cette présentation, il a appelé Marine Le Pen à débattre avec lui.

Une opération de communication de plus ? Pour un candidat à l'élection présidentielle inconnu du grand public, tout est bon pour faire parler de soi. Mais l'apprenti politique, qui espère voir sa démarche provoquer un écho auprès des citoyens, se défend de toute tentative de marketing politique. C'est "un cri du cœur", affirme-t-il.

L'homme n'en est pas à sa première attaque contre la candidate du Front national. En octobre 2011, il avait lancé un front anti-Marine Le Pen depuis Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), qu'il souhaite étendre à toute la France, après être passé par Toulon (Var) et Vitrolles (Bouches-du-Rhône).

Les "jeûnes" à la diète

Ce jeune homme issu de la région lyonnaise s'est déjà illustré en 2008 en lançant une liste aux élections municipales à Bron dans la banlieue de Lyon. Désormais, fort de 203 promesses de parrainage d'élus, affirme-t-il, il veut faire avancer la politique sur la question de la jeunesse.

"Les candidats doivent prendre des cours sur la jeunesse", lance-t-il. Maxime Verner dresse le constat d'une jeunesse discriminée et, de fait, plus encline à s'abstenir, voter blanc, voire Front national. Marine Le Pen remporte en effet près de 20% des intentions de vote dans les sondages, assure l'apprenti-candidat.

Un électorat cible donc, qui pourrait être déterminant dans le scrutin de 2012. D'ailleurs, il prononce le mot "jeune" avec un accent - "jeûnes" -, comme si cette catégorie sociologique était à la diète.

Les jeunes "ne veulent pas subir"

C'est la raison pour laquelle Maxime Verner veut débattre "à la mi-mars", quand il aura ses "500 parrainages", avec Marine Le Pen sur le "thème de l'avenir", pour "mettre en lumière ses idées et les [siennes]".

"Elle propose de nous renfermer sur nous-mêmes, de vivre en autarcie. C'est le contraire de mon projet", explique-t-il. Selon le candidat, les jeunes ont tendance à voter Marine Le Pen "parce qu'ils ne veulent pas subir", mais le "programme [de Marine Le Pen] est vide et mou".