Cet article date de plus de six ans.

Burkini : Manuel Valls "comprend" les maires mais ne souhaite pas légiférer

Faut-il une loi pour interdire le burkini ? Dans une interview publiée ce mercredi par le quotidien régional La Provence, Manuel Valls estime que ce n’est pas une solution. Pour le Premier ministre, porter ce vêtement relève néanmoins d’une provocation, face à laquelle la République doit se défendre, et que les musulmans doivent condamner.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Manuel Valls a réagi aux arrêtés sur le burkini dans une interview accordée à La Provence © Thomas SAMSON / AFP)

 "Je comprends les maires qui, dans ce moment de tension, ont le réflexe de chercher des solutions, d'éviter des troubles à l'ordre public", déclaré Manuel Valls dans cette interview au quotidien La Provence.  "Je soutiens donc ceux qui ont pris des arrêtés, s'ils sont motivés par la volonté d'encourager le vivre ensemble, sans arrière-pensée politique".  Un soutien donc sous conditions. Dans ce moment de tension, les élus locaux cherchent des solutions, il affirme les comprendre. Mais, pour le Premier ministre, il faut en rester au cas par cas. "Je ne crois pas qu’il faille légiférer en la matière. La réglementation générale des prescriptions vestimentaires ne peut être une solution."

Les musulmans invités à condamner et à rejeter 

La solution pour le chef du gouvernement doit venir des musulmans eux-mêmes, et de leurs autorités religieuses. Il les appelle à condamner  et à rejeter les pratiques qui relèvent d’une vision de l’Islam qualifiée d’archaïque,  de mortifère, incompatible selon lui avec les valeurs de la République et de la France.

Comme sa ministre aux Droits de femmes, Manuel Valls estime que le burkini n’est pas un accessoire de mode mais la traduction d’un projet politique dangereux. "Certains cherchent a présenter celles qui le portent comme des victimes, comme si nous mettions en cause une liberté', dit-il.  "Mais ce n’est pas une liberté que ’asservir la femme." 

A LIRE AUSSI ►►►Arrêté anti-islamophobie ; le Conseil contre l'islamophobie dépose un recours 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.