Vrai ou fake La France est-elle le pays d'Europe où l'inflation est la moins forte, comme l'affirme Bruno Le Maire ?

La France figure à la deuxième place du classement des nations de la zone euro où l'inflation est la moins élevée, derrière Malte, selon les données d'Eurostat.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, le 27 mai 2022 à Matignon. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

"Aujourd'hui, nous avons une inflation de l'ordre de 5%. Je rappelle que c'est la plus faible de tous les pays de la zone euro", a affirmé Bruno Le Maire, mercredi 1er juin sur France Inter. Alors que l'augmentation généralisée des prix pèse sur le pouvoir d'achat des Français, le ministre de l'Economie a défendu les mesures mises en place par le gouvernement pour limiter l'inflation.

"Nous avons pris avec le président de la République – les premiers en Europe – des mesures très fortes. Nous avons anticipé ce pic inflationniste en prenant des mesures pour plafonner les prix de l'énergie", a fait valoir le patron de Bercy. Ces dispositions – le gel du prix du gaz et de l'électricité, la remise de 15 centimes sur le litre d'essence à la pompe – ont-elles permis au gouvernement de maintenir le pouvoir d'achat des Français ? Franceinfo s'est plongé dans les petites lignes des chiffres de l'inflation.

La France moins touchée que ses voisins

Selon les données de l'Insee, la France, avec 5,2% d'inflation, est bien le pays de la zone euro où l'inflation est la plus basse. Néanmoins, pour une comparaison la plus juste possible, un indicateur commun est nécessaire, avec la même méthode de calcul pour tous les pays. Christophe Blot, directeur adjoint du département analyse et prévision de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), invite donc à privilégier les chiffres d'Eurostat dont "l'indice est harmonisé pour l'ensemble des pays de la zone euro".

Cela change légèrement la donne. La France reste très bien placée sur le podium des pays de la zone euro où l'inflation est la moins forte, selon les données d'Eurostat, mais elle n'affiche pas l'inflation la plus faible. Avec 5,8% d'inflation généralisée des prix entre mai 2021 et 2022, la France arrive deuxième, juste derrière Malte et ses 5,6% d'inflation.

L'inflation n'avait plus été aussi haute en France depuis 1985. Pourtant, elle reste sous l'inflation moyenne au sein de la zone euro : 8,1%. Elle est également bien inférieure à celle observée dans d'autres pays de la zone euro, en particulier les pays baltes. L'Estonie (20,1%), la Lituanie (18,5%) et la Lettonie (16,4%), frontalières de la Russie, subissent de plein fouet l'augmentation des prix.

Les prix de l'énergie tirent l'inflation vers le haut

Pourquoi ces pays sont-ils davantage touchés que l'Hexagone ? Pour Christophe Blot, "cela s'explique par le poids de l'énergie dans la consommation des pays d'Europe de l'Est, qui est plus important qu'en France". "L'inflation est fortement tirée par la hausse du prix de l'énergie, donc mécaniquement, l'inflation est plus élevée." L'écart constaté d'un pays à l'autre de la zone euro peut par conséquent aussi s'expliquer par les mesures prises par les différents gouvernements pour contenir l'augmentation générale des prix. "Si on limite le prix de l'énergie, on limite l'inflation", résume Christophe Blot.

Entre mai 2021 et 2022, les prix de l'énergie ont connu une augmentation de 26,8% en France, selon Eurostat, très en dessous de la moyenne dans la zone euro : 39,2%. Certains Etats tirent cette moyenne vers le haut. Aux Pays-Bas, le prix de l'énergie a augmenté de 67,3% entre mai 2021 et 2022. En Belgique, l'énergie a grimpé de 65,5% sur un an.

Cette forte inflation des prix de l'énergie nourrit l'inflation générale. Céline Antonin, économiste du département analyse et prévision de l'OFCE, explique ce mécanisme : "En France, au premier trimestre 2022, on avait une contribution des produits énergétiques à l'inflation de 2,6 points sur 5. C'est-à-dire que la moitié de l'inflation en France est liée à la composante énergétique. En Allemagne, l'énergie a contribué à hauteur de 4 points à l'inflation. En Espagne, ce sont 6,4 points d'inflation qui sont imputables à l'énergie."

Le pouvoir d'achat en berne partout en Europe

Si l'inflation est moins forte en France qu'en Allemagne, cela ne signifie pas que le pouvoir d'achat des Allemands a davantage baissé que celui des Français. Pour estimer la perte de pouvoir d'achat, il faut aussi considérer les salaires. "Si les prix augmentent plus vite que les salaires, vous avez une perte de pouvoir d'achat", résume Céline Antonin.

En effet, si votre salaire n'a pas augmenté depuis un an, l'inflation correspond à votre perte de pouvoir d'achat. Lorsque vos revenus ont augmenté, alors l'inflation n'a pas autant pesé sur votre pouvoir d'achat. "En France, la perte de pouvoir d'achat est légèrement plus forte qu'en Allemagne, mais reste comparable, autour de 2%. La différence, c'est que la France a une plus faible inflation que l'Allemagne, mais une faible augmentation des salaires ; alors que l'Allemagne a une plus forte inflation, mais une augmentation des salaires plus forte aussi", commente l'économiste. Selon la Dares, l'indice du salaire mensuel de base de l'ensemble des salariés français a progressé de 2,3% sur l'année. En Allemagne, le salaire nominal a augmenté de 4% entre le premier semestre 2021 et 2022, d'après le Statistisches Bundesamt (en anglais), l'institut de statistiques fédéral allemand.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bruno Le Maire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.