Cet article date de plus de six ans.

Bourgogne-Franche-Comté, l’autre région que le FN peut remporter

La région Bourgogne-Franche-Comté est l'un des points chauds de ce deuxième tour des élections régionales. La situation, à l’issue du premier tour, est très incertaine. Mené par Sophie Montel, le Front national est arrivé en tête avec 31,48 % des voix et est en situation de l'emporter.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Une urne électorale ©maxPPP)

C’est la région la plus incertaine pour les sondeurs, celle qui affole le plus les états-majors parisiens, même si elle a été reléguée au second plan pendant l’entre-deux tours par la médiatisation du Nord-Pas-de-Calais-Picardie et de PACA. La Bourgogne-Franche-Comté pourrait être conquise par le FN dimanche prochain. Ce n’est donc pas pour rien que Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, était en meeting jeudi soir à Dijon pour soutenir la socialiste Marie-Guite Dufay, présidente sortante de la région.

"Tout va se jouer à 10.000 voix près face au FN"

Si elle est arrivée troisième, avec 23% des voix au premier tour, elle dispose à gauche, de réserves de voix qu’il va falloir mobiliser. Des réserves que n’a plus la tête de liste LR-UDI François Sauvadet, arrivé deuxième avec 24 % des suffrages. François Sauvadet, et c’est une exception en France, n'est pas soutenu par le MoDem.

"Tout va se jouer à 10.000 voix près face au FN ", prédit un responsable socialiste. Le FN en Bourgogne-France-Comté est incarné par l’eurodéputé Sophie Montel, 46 ans, lepéniste depuis qu’elle en a dix-huit. En février elle avait échoué de peu dans le Doubs, face au PS, lors d’une législative partielle. Dans les années 90, Sophie Montel a défrayé la chronique en parlant "de l’évidente inégalité des races" . Aujourd’hui, l’une de ses priorités, avec le "manger français dans les cantines", c’est la défense des animaux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.