Borloo interpelle l'Allemagne pour refonder "le projet européen"

Le président du Parti radical, Jean-Louis Borloo, demande que la France et l'Allemagne "arrivent à s'accorder sur une nouvelle gouvernance économique européenne" dans une lettre ouverte à Angela Merkel publiée mardi dans Libération.

Jean-Louis Borloo, n\'a pas encore dit s\'il présenterait sa candidature à la présidentielle de 2012.
Jean-Louis Borloo, n'a pas encore dit s'il présenterait sa candidature à la présidentielle de 2012. (AFP - Fred Duffour)

Le président du Parti radical, Jean-Louis Borloo, demande que la France et l'Allemagne "arrivent à s'accorder sur une nouvelle gouvernance économique européenne" dans une lettre ouverte à Angela Merkel publiée mardi dans Libération.

Jugeant qu'il est "indispensable de doter l'Europe d'un fonds de lutte contre la spéculation sur les dettes souveraines", mais constatant que le FESF (Fonds européen de stabilité financière) n'est pas "appuyé sur des financements nouveaux", Jean-Louis Borloo demande à la chancelière allemande si son pays est "prêt à accélérer la mise en oeuvre en Europe" d'une taxe sur les transactions financières. Cette taxe serait affectée pour partie au fonds de stabilité qui permettrait d'"engager l'assainissement des comptes publics de chacun des pays d'Europe", ajoute-t-il.

Il propose également l'interdiction définitive des ventes à découvert en Europe et la règlementation des hedge funds (fonds spéculatifs).

Objectif: "un nouvel ordre économique et social

L'Allemagne, presse-t-il, "est-elle prête à peser de tout son poids pour une mise en oeuvre effective des ces mesures dans un délai très court ?" "Cette crise, dit-il encore, doit nous permettre de travailler en commun à la refondation du projet européen", en "tournant le dos à la financiarisation de l'économie au profit d'une nouvelle politique industrielle commune".

"A nous de faire une analyse (...) de la politique européenne de la concurrence et de sa politique commerciale (...) et de mettre enfin en place une taxe carbone, ou a minima, un mécanisme d'inclusion carbone aux frontières de l'Europe. L'Allemagne y est-elle prête ?", demande-t-il.

"Si la France et l'Allemagne arrivent à s'accorder sur une nouvelle gouvernance économique européenne, sur un calendrier précis de mise en oeuvre d'une taxe sur les transactions financières, sur l'interdiction des ventes à découvert, la régulation des hedge funds et des paradis fiscaux, l'encadrement des effets de levier et l'étanchéité des activités de dépôt et d'investissement, alors nous aurons fait un pas historique vers un nouvel ordre économique et social", conclut Jean Louis Borloo.