Cet article date de plus de deux ans.

Yannick Jadot, tête de liste EELV pour les Européennes, confirme exclure une liste commune avec Benoît Hamon

"Notre priorité est de rassembler les écologistes autour d'une ligne claire", explique Yannick Jadot. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La tête de liste EELV pour les Européennes, Yannick Jadot, lors d'un meeting du socialiste Benoît Hamon, le 1er juillet 2017. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Yannick Jadot, désigné mi-juillet tête de liste EELV (Europe-Ecologie-Les Verts) pour les européennes de 2019, confirme dimanche 19 août exclure la possibilité d'une liste commune avec le mouvement Génération.s de Benoît Hamon, pour privilégier une ligne écologiste "claire".

"L'élection européenne est le seul scrutin où les électeurs votent par conviction. C'est un vote de clarté. Notre priorité est de rassembler les écologistes autour d'une ligne claire, pas de faire de la vieille politique avec ses accords d'appareils et ses confusions", estime Yannick Jadot, dimanche 19 août, dans le Journal du Dimanche, interrogé pour savoir s'il exclut une telle possibilité.

"Il n'est pas interdit d'apprendre de ses erreurs"

S'il avait finalement soutenu Benoît Hamon lors de la présidentielle, il remarque qu'il existait alors "une possibilité de faire gagner (les) idées" écologistes. Mais "l'échec a été assez retentissant. Il n'est pas interdit d'apprendre de ses erreurs", dit-il.

Yannick Jadot s'était allié avec Benoît Hamon après de longs débats lors de la dernière présidentielle, qui avait vu le vainqueur des primaires organisées par le Parti socialiste éliminé au premier tour. Yannick Jadot avait ces derniers mois assuré avoir tiré les leçons de cet "échec" et ne pas compter s'allier au leader du mouvement Génération.s.

Quelques jours avant la désignation mi-juillet de Yannick Jadot pour conduire la liste EELV aux européennes, Benoît Hamon assurait néanmoins encore que "le fil n'(était) pas coupé", et plaidait pour une liste commune.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.